Seul sur Mars : mission patate

Seul sur Mars : mission patate

Note de l'auteur

Adapté en film par Ridley Scott, Seul sur Mars est d’abord un livre d’Andy Weir, qui nous emmène sur la planète rouge où un homme lutte pour sa survie. Et il était temps que le Daily Mars se penche sur l’ouvrage !

1015-seulsurmars_orgL’histoire : Mark Watney et ses coéquipiers ont été pris dans une tempête de sable, peu de temps après leur arrivée sur la planète Mars. Laissé pour mort, le voilà seul sur une planète hostile. Il va lui falloir non seulement produire eau et nourriture, mais aussi contacter la Terre pour leur annoncer la bonne nouvelle.

Mon avis : Seul sur Mars est avant tout un livre feel good. Son personnage principal ne baisse jamais les bras, coincé sur une planète avec une compilation disco ignoble laissée sur place par l’un de ses coéquipiers. Drôle, balourd, parfois juste lourdingue, il sait qu’il n’a pas d’autre choix que d’utiliser tout ce qui est à sa portée pour survivre.

Amateurs d’hard science, vous pourrez certes y trouver votre compte, mais là n’est pas du tout l’intérêt ! Si certaines explications vous permettent de bosser votre chimie, et qu’Andy Weir a bien bossé sa géophysique martienne, le but n’est pas de voir comment terraformer une planète, mais bien d’être embarqué dans une aventure humaine de survie avec le sourire.

Pour éviter tout de même de tourner en rond, si la première partie est réalisée sous la forme du journal de Mark, nous passons rapidement aux réactions de la Nasa puis de ses coéquipiers, et grâce à cette alternance de points de vue, c’est un véritable message d’optimisme qui se dégage de l’histoire. Un problème après l’autre, Mark parviendra-t-il à rentrer chez lui ? Et surtout comment ? Le tout entouré d’une myriade de personnages, féminins comme masculins, prêts à tout par amour du disco !

the-martian-seul-sur-mars_5399989Si vous aimez : la chanson Hakuna Matata avec des chiffres et des calculs, et même de la botanique au milieu.

Autour du livre : il a été adapté en film par Ridley Scott avec dans le rôle principal, Matt Damon. L’avis du Docteur No et l’avis de Jane McLane. Par ailleurs, à la base, Andy Weir avait lancé son livre en lecture gratuite sur son site Internet avant une diffusion à 99 cents sur Amazon et pour finir, l’achat par une maison d’édition.

Extrait : « Vérifiant ma combinaison, je me rendis compte que l’antenne avait labouré l’ordinateur de biosurveillance. Pendant les AEV (activités extravéhiculaires), les ordinateurs forment un réseau afin de permettre à chacun de surveiller le statut de ses collègues. L’équipage avait donc vu la pression atteindre zéro ou presque dans ma combinaison. Si on ajoutait à cela des données médicales catastrophiques et la vue de ce type dégringolant le flanc d’une colline avec une lance plantée dans le corps en plein milieu d’une tempête de sable… Pour eux, j’étais mort, à ne pas en douter.
Peut-être envisagèrent-ils vaguement la possibilité de récupérer mon corps, mais les règles sont très claires : un équipier qui perd la vie sur Mars doit rester sur Mars. Laisser son corps sur place permet de réduire le poids embarqué dans le VAM, d’économiser du carburant et d’augmenter les chances de rentrer à la maison sains et saufs. C’était bon à prendre.

seul-sur-mars-et-la-science-13-petits-arrangements-avec-l-espace,M266663Laissez-moi vous résumer ma situation : je suis coincé sur Mars, je n’ai aucun moyen de communiquer avec Hermès ou la Terre, tout le monde me croit mort et je suis dans un Habitat censé pouvoir durer trente et un jours.
Si l’oxygénateur tombe en panne, je suffoque. Si le recycleur d’eau me lâche, je meurs de soif. Dans le meilleur des cas, je finirai par crever de faim.
Ouais, je crois bien que je suis foutu. »

Sortie : 16 octobre 2015, éditions Milady, 472 pages, 7,90 euros.

 

Partager