On a lu… Shame de John Bolton et Lovern Kindzierski

On a lu… Shame de John Bolton et Lovern Kindzierski

Note de l'auteur

La trilogie de la Honte, c’est le sous-titre de cette œuvre, qui n’est pas une BD classée X, mais qui en emprunte les codes pour un récit plus féérique.

2012_p5

On l’appelait Mère Vertu. Elle a vécu des siècles pour aider les pauvres, et les enfants. Ces derniers l’aimaient et elle le leur rendait bien. Mais elle n’en avait pas, de petit à elle. Alors le jour où la pensée lui échappe, c’est Injure qui lui répond et en sera le père. Honte naîtra au monde, tachée du sceau de l’infamie.

Étrange ovni que cette BD qui mélange un dessin faussement naïf dans les naïades dessinées, et propos presque trop simples sur les mères et leurs enfants. Les femmes sont belles et impudiques, les hommes sont presque absents ou d’un physique plutôt banal. C’est l’histoire de la haine qui se transmet, mais aussi de la sensualité, innocente ou corrompue.

John Bolton est au dessin, et son style, proche du photoréalisme et de la peinture, est envoûtant, et c’est la vraie plus-value du sujet et de l’histoire de Lovern Kindzierski. Tout a été fait à l’aquarelle pour un résultat complètement à part et loin des techniques plus actuelles et numérisées. Nous sommes dans une féérie intemporelle. Alors les poses sont clairement suggestives, les tenues absolument pas pratiques et les angles de vue ne cachent pas grand-chose. Mais les corps ne sont pas pour autant dans des proportions obscènes et l’ensemble est assez agréable. Ce n’est pas un support masturbatoire, mais bien un dessin pensé comme art, art des femmes et usage de la fantaisie somme toute assez classique. Il y a donc un aspect daté à une œuvre qui a été publiée aux États-Unis en 2011.

2012_p8

Daté dans le dessin, mais aussi un peu dans une histoire qui met en scène des rapports mère-fille plus que compliqués, un prince qui se perd et se retrouve, une forêt qui attaque ceux qui essayent d’y pénétrer et une nature qui se transforme autour d’une souillure originelle. Pourtant, il y a une certaine naïveté, une certaine enfance paradoxale qui fait que tous les adultes peuvent trouver leur compte dans ce comics.

2012_p10

 

L’usage du conte, sa fonction presque sacrée et son tour final, tout est respecté, dans la règle de l’art. D’enfance, il n’y est presque pas mention, tant Vertu et Honte doivent se faire face, rapidement, entraînées dans un combat injuste par Injure. La division en trois tomes reprend l’idée de la chute, entre la situation, les épreuves et leur résolution. Un récit au féminin mais écrit pour les deux sexes, sur la maternité mais avec des femmes étranges et lointaines, sexuées et parfois sexuelles. C’est donc un hommage mais aussi une originalité, un drôle de pas de côté dans la production de comics habituels. Car qui a eu tort ? Vertu, qui a eu peur de sa fille ? Honte, qui était maudite dès le début ? Injure, qui a répondu à Vertu ?

 

Les éditions Glénat propose ce comics sous un format BD, qui répond très bien à l’atypie du projet, son découpage plus proche de ses cousins franco-belges que sa famille américaine. Shame est donc un ouvrage collection, qui surprend tant par son tracé, que par son histoire, lente et où finalement, chacun pourra tirer sa morale.

couv_284707

Shame, la trilogie de la Honte comprend les épisodes US : Conception, Poursuite et Redemption

Écrit par : Lovern Kindzierski

Dessiné par : John Bolton

Prix : 17,95 euros

 

Partager