Shameless, on efface tout on recommence ? (critique du 3.01)

Shameless, on efface tout on recommence ? (critique du 3.01)

Note de l'auteur

Dimanche soir sur Showtime, c’était le retour de la famille la plus dysfonctionnelle de la télévision américaine (une affirmation qui peut être faite pour 60% des séries télé): les Gallagher. Shameless, adaptation d’un format britannique, en est à sa troisième saison. Et si la première démarrait en hiver, la seconde en été, cette année on démarre au printemps.

Ils doivent s’amuser pour planifier le planning de tournage.

Frank a disparu depuis 127 jours. Debbie est triste et a transformé la barrière de la maison en mur du souvenir. Autour d’elle tout le monde s’en fout, au mieux. Fiona a l’habitude de le voir disparaître longtemps. Elle est blasée. Jimmy est devenu un vrai homme de maison, au grand désespoir de Fiona. Lip est plus décidé à magouiller qu’à faire des études. Ian se tape toujours le père de Jimmy. Veronica et Steve cherchent à avoir un enfant tout en participant à des webcams un peu beaucoup racistes. Et Sheila et Jody dorment mal à cause du bébé de leur fille qui est partie.

Voilà voilà.

La première chose qui surprend dans cette saison 3, c’est qu’elle semble être un reboot de saison 2, reprenant point par point les pistes de la précédente pour les faire siennes. Lip a donc le même dilemme que l’an dernier: choisir entre une vie de magouille et les études. Ian a une relation sexuelle avec un homme marié, encore. Fiona re-tente de devenir organisatrice de soirées dans le club pour lequel elle bossait l’été dernier, et Jimmy voit débarquer le mafieux, papa d’Estefania (les fans seront heureux, elle s’habille toujours avec très peu), qui lui impose d’agir en mari de cette dernière…

Une impression de remise à zéro des compteurs, comme si les résolutions de l’an dernier n’avaient mené à rien. La saison 2 était un peu moins emballante que la première, réussissant tout de même à finir en beauté avec des moments forts et marquants. Ce début de saison 3 donne l’impression que les auteurs veulent une seconde chance sur la saison 2. Ou alors, ils ne savaient pas trop comment faire différent cette année.

Shameless est toujours aussi rythmée, baignant dans un bordel savamment orchestré et cohérent. Mais ce qui fonctionne mieux dans ce premier épisode, c’est la mini-storyline de Frank, qui se réveille au Mexique après donc plus de 120 jours de beuverie, recouvert de sable, ignoré par tout le monde, obligé de passer la douane avec un dealer qui s’en sert de mule.

La façon dont est géré l’histoire est assez intelligente et franchement drôle. D’abord face au look de Frank lorsqu’il quitte le pays, tout propret, bien coiffé, un peu coincé sur les bords. Quand on sait combien de sachets de drogue il est en train d’acheminer, on comprend mieux. Et le surnom qu’il en hérite est plutôt savoureux.

Tout comme ce qu’il crie à haute voix dans la petite séquence post-générique. Une auto-référence très amusante, qui ne peut être comprise que par ceux qui suivent la série depuis ses débuts. Merci pour le clin d’oeil.

De la même façon, le retour de Frank dans la maison Gallagher est assez remarquable. Si Debbie est joyeuse et lui saute au cou, les autres, définitivement lassés du père pathétique qu’il est, voient en ce retour la fin de la belle époque. Frank va encore leur pourrir l’existence, se plaindre, blâmer tout le monde sauf lui… Une problématique qui risque de créer des tensions avec Debbie, qui possède toujours un amour sans faille pour ses parents, aussi catastrophiques soient-ils.

Shameless signe un retour assez déroutant, entre nouveautés et variation sur les mêmes thèmes. Les pistes proposées semblent trop similaires à celles de l’an dernier pour être nouvelles. On attendra de voir, bien sûr, la série n’ayant absolument pas perdu de son charme.

SHAMELESS, Saison 3 Episode 1 (SHOWTIME)

Ecrit par John Wells

Réalisé par Mark Mylod

Avec : Emmy Rossum (Fiona Gallagher), William H. Macy (Frank Gallagher), Justin Chatwin (Jimmy Lishman), Jeremy Allen White (Lip), Cameron Monaghan (Ian), Emma Kenney (Debbie), Shanola Hampton (Veronica Fisher), Steve Howey (Kev), Joan Cusack (Sheila Jackson)

Partager