Spider : Rabbit hole de Christophe Bec, Giles Daoust et Stefano Raffaele

Spider : Rabbit hole de Christophe Bec, Giles Daoust et Stefano Raffaele

Note de l'auteur

Nouveau genre du « J’ai testé pour vous », une jeune policière de Détroit va jouer sa vie pour remonter la filière d’une drogue d’un nouveau genre. Ça fait froid dans le dos. Mais c’est tellement bon…

L’histoire : une nouvelle drogue destructrice essaime les rues de Détroit, Michigan. Plus addictive qu’aucune autre, elle ravage les consommateurs avant de les tuer. Une fliquette n’hésite pas à y goûter pour tenter de mettre à bas cette industrie de la mort qui menace toute une ville.

Mon avis : noirceur absolue. Voilà en deux mots résumée la thématique de cette bande dessinée. On écume les bas-fonds, voire les tréfonds de la société avec cette plongée dans un monde où la violence est surtout celle que l’on s’inflige. Un monde désabusé où les besoins d’évasion sont tels que la jeunesse est accro à toute nouveauté qui permet de laisser momentanément de côté une triste réalité.

Bon, là, la nouvelle drogue destructrice est particulièrement innovante. En substance, avaler des araignées vivantes et génétiquement modifiées qui donnent ensuite envie d’en manger des bien réelles et naturelles. À terme, l’arachnide prendra possession du corps de l’homme, qui ira même jusqu’à se couper un doigt de chaque main afin de l’imiter avec ses quatre paires de pattes. Bref, c’est que du bonheur.

Le scénario vaut son pesant de cacahuètes. Et l’idée d' »embed » un détective dans la fange des dealers et de leurs clients au risque de s’y perdre, voire d’y perdre la vie, fonctionne. C’est une intéressante mise en abyme et cela change des histoires de ce type.

Graphiquement, certains strips sont à couper le souffle. On pense en particulier à une scène dantesque dans un théâtre à l’abandon. Le tout dans une double page qui donne le vertige. La une est juste somptueuse.

Que du positif dans ce lancement d’un diptyque qui a posé des bases plus que solides et dont on attend avec envie la suite.

En accompagnement : Comme un mantra, psalmodiez Spider cochon d’Homer Simpson. « Prends garde, spider cochon est lààààààààààààà ! »

Si vous aimez : Spider, évidemment, de David Cronenberg.

Autour de la BD : Christophe Bec et Giles Daoust sont de vieux complices. On les retrouve notamment à la création de Carthago adventures. Bec est aussi l’auteur de l’excellent Prométhée. Et pour rester dans la science-fiction, Le Fulgur ou Olympus mons valent le détour. Daoust est une touche-à-tout qui a commencé par le scénario de cinoche.

Stefano Raffaele est également un ancien compagnon de toute de Bec avec qui il travaille depuis bien longtemps (Deepwater prison, Pandémonium…)

Extraits : « Ils m’ont attachée à une chaise ! Ils m’ont obligée à avaler l’araignée ! »

« Putain, Charlie !!! »

« Tu as l’air d’en savoir plus que moi, raconte… »

« Seulement une poignée de flics est au courant. C’est une nouvelle drogue qui fait des ravages à Détroit. Aussi fou que ça puisse paraître, ça consiste à bouffer des araignées vivantes. Ce sont pas des araignées normales évidemment. Mais à ce stade, personne ne sait ce qu’elles ont de spécial. »

Spider : Rabbit hole
Écrit par Christophe Bec et Giles Daoust
Dessiné par Stefano Raffaele
Édité par Soleil

Partager