• Home »
  • FOCUS »
  • #Interview Sullivan Le Postec : de la planète Mars à Studio 4, en tournage pour Les Engagés
#Interview Sullivan Le Postec : de la planète Mars à Studio 4, en tournage pour Les Engagés

#Interview Sullivan Le Postec : de la planète Mars à Studio 4, en tournage pour Les Engagés

dgiirnJV

SULLIVAAAAAAN


Vous connaissez sans doute notre collègue Sullivan Le Postec ? Mais si rappelez-vous, le fondateur du Village ? Ou tout simplement de l’auteur de ces chroniques nombreuses sur Doctor Who, X-Files, Sense8 ou même Smallville (si, si, la preuve). Hé bien, devinez-quoi ? Le voilà qui a scénarisé sa propre série. En vrai, il l’avait dans la poche depuis plus de six ans. Mais cette fois, elle est en tournage !
Cette websérie, appelée Les Engagés,
est en cours de production, à Lyon, et sera diffusée au printemps prochain sur la chaîne web de France Télévision, Studio 4. Un 10 fois 10 minutes, dont les rôles principaux sont interprétés par Mehdi Meskar et Eric Pucheu, réalisé par Maxime Potherat et Jules Thénier, produit par Astharté & Compagnie (Vestiaires…).
Alors, comme on l’aime quand même bien, on a invité Sullivan à passer de l’autre côté de la planète Mars, du côté de l’interviewé. Et puis, c’est quand même cool de voir un Martien partir à la conquête de Studio 4 ! (chuuuut, plan diabolique tout ça, tout ça…)

Premier jour de tournage. Photo compte instagram des Engagés

Premier jour de tournage. Photo compte instagram des Engagés

Ça fait quoi d’être de ce côté du micro ?
Sullivan Le Postec : 
Bonne question… En fait, comme j’étais un journaliste spécialisé dans la fiction européenne, c’est quelque chose d’assez rare, j’étais déjà pas mal interviewé par des médias intéressés par la question. Donc répondre à des interviews, je connais. Mais par rapport à mon bébé, après avoir porté ce projet depuis si longtemps seul, vraiment, que des gens viennent te poser des questions à ce sujet, c’est assez incroyable. C’est génial.

Le premier jour de tournage, c’était hier, le lundi 20 février. Alors, heureux ?

S. L. P. : C’est vraiment chouette, c’est un super aboutissement de voir les choses se concrétiser. La prépa de la série a été intense, mais l’équipe de tournage et les quelques acteurs que j’ai rencontrés sont vraiment sympas. Je n’ai pas encore envie de les tuer, mais il reste 19 jours de tournage pour inventer un twist, un crash d’hélico en début de saison 2, donc (rires) (quand même)… Mais pour le moment, ce n’est que du positif.

Mehdi Meskar

Mehdi Meskar

Tu es passé de la critique de série à l’écriture. C’est normal ?
S. L. P. : 
C’est un cheminement logique, je pense. La critique, c’est une école qui alimente une passion, beaucoup de critiques de séries ont envie de faire les choses eux-mêmes. C’est quelque chose que j’ai toujours eu en tête, sans savoir si c’était vraiment possible, mais j’avais envie d’écrire des séries et j’ai toujours écrit d’ailleurs. Être critique, c’est aussi une école, parce que j’ai eu la chance d’aller sur les tournages, d’avoir de l’expérience sur comment se tourne une série. Je l’ai déjà vu à l’œuvre. Avec un peu de chance, je ne bousillerai pas ma propre série en passant devant la caméra de manière impromptue. Par exemple.

Avoir critiqué des séries, qu’est-ce que ça t’a apporté en tant qu’auteur ?
S. L. P. : 
J’étais déjà très présent pendant la prépa, en tant que gardien de ma propre série. J’ai vu beaucoup de séries françaises, dont le principal défaut était de ne pas assez respecter leur propre univers. Il faut avoir envie d’être crédible et précis, c’étaient d’ailleurs les deux mots que j’utilisais le plus pendant la prépa. Il faut être ancré dans des vrais lieux et des territoires, leurs spécificités et leurs histoires. On n’a pas beaucoup de temps pour tourner, alors mieux vaut coller à la réalité.
Ici, nous sommes en plus à Lyon, c’est un endroit très important pour moi, qui m’a permis de revoir ma vie en profondeur quand j’y suis arrivé, de sourire… C’est la ville que j’ai un peu trahi en venant vivre à Paris. Et m’y revoilà.

Eric Pucheu

Eric Pucheu

C’est quoi l’histoire de ta série, alors ?
S. L. P. : 
(parle très vite) Les Engagés, c‘est un drame personnel dans le cadre d’un centre militant LGBT. C’est l’histoire de l’initiation politique, sentimentale, sexuelle d’un jeune homme de 22 ans qui quitte sa chambre d’ado attardé en banlieue et va rejoindre un mec à Lyon qu’il avait rencontré quelques années plus tôt.

Tu as déjà vachement répondu à cette question…
S. L. P. :
Je suis rodé sur le pitch, je te l’accorde.

On va avoir le droit à des petits hommes verts ?
S. L. P. :
Non, il n’y a pas d’extraterrestre dans Les Engagés, je garde mes projets de science-fiction sous le coude, ce n’est pas le sujet ici.
Attention mini-spoiler : Aucun personnage n’est un Alien à la fin. Aucun.

Repasseras-tu par Mars ?
S. L. P. : 
Je ne sais pas, je n’ai pas vraiment le temps en ce moment, je t’avoue. Après, s’ils font X-Files saison 11, j’aurai du mal à résister…

Propos recueillis par téléphone, le 20 février 2017.
Vous pouvez suivre l’actualité des Engagés sur leur fil Twitter, Instagram et Facebook.

Présentation du projet des Engagés au centre LGBTI de Lyon le 7 février 2016. De gauche à droite : Baptiste Rinaldi d'Astharté & Compagnie, Sullivan Le Postec et Jules Thénier. (crédit Déborah Gay)

Présentation du projet des Engagés au centre LGBTI de Lyon le 7 février 2017. De gauche à droite : Baptiste Rinaldi d’Astharté & Compagnie, Sullivan Le Postec et Jules Thénier. (crédit Déborah Gay)

Partager