The Lodge, relecture photographique de Twin Peaks par Sebastien Gerber

The Lodge, relecture photographique de Twin Peaks par Sebastien Gerber

Sebastien Gerber est un jeune photographe suisse. Il a répondu présent quand le Daily Mars lui a demandé s’il souhaitait réaliser un travail autour de la photo et des séries. Son style aux cadres très soignés, aux compositions équilibrées mixent l’instantané et la spontanéité à la précision. Ici, il vous propose sa relecture de Twin Peaks. Comme un hommage, une inspiration et non comme une reproduction. Quand il ne se balade pas armé de son appareil photo, l’homme exprime son talent dans le graphisme, la réalisation de clips et au sein du groupe de Hardcore SXOKONDO, au poste de chanteur.

« Créer un travail photographique de mise en scène pure m’attirait depuis un petit moment déjà. En temps normal, j’ai plutôt l’habitude de faire de la photo spontanée, sans préparation autre que de savoir dans quel lieu je vais aller faire mes images.

Pour cette série intitulée The Lodge, j’ai décidé de continuer à travailler en pellicule moyen format et d’essayer des choses que je n’avais pas encore vraiment faites jusqu’à présent, que ce soit dans le travail du cadre, de la lumière ou de la mise en scène. Une approche nouvelle et donc hésitante, mais me poussant dans des directions que je n’avais pas encore empruntées en photographie.

twin peaks

©Sebastien Gerber

Le choix de Twin Peaks comme série de référence s’est assez vite imposé à moi, tant le feuilleton de David Lynch et Mark Frost est reconnaissable entre 1000 pour ses personnages inoubliables et certains codes graphiques que l’on ne retrouve que là. Ma première réflexion a été de savoir sous quel angle traiter un matériau aussi riche sans tomber dans le décalque pur, ni la parodie. Je voulais trouver un axe qui me permettrait à la fois de créer des images reconnaissables pour les amateurs de la série, mais qui pourraient aussi vivre d’elles-mêmes, sans êtres écrasées par la référence à tout prix.

Mon choix s’est donc porté sur une représentation libre de certains éléments clés de la série, autour desquels je broderais des images personnelles pour créer un nouvel univers parallèle à l’œuvre de Lynch et Frost. On y retrouverait donc, en vrac, une morte emballée dans une bâche en plastique au bord d’un lac, on y croiserait une femme portant une bûche ou encore un flic amateur de donuts, mais jamais d’autres références plus appuyées que cela. Pas de rideau rouge ou de sol zébré par exemple, ni de nain dansant de manière étrange.

twin peaks

©Sebastien Gerber

J’ai donc réuni une bande de copains et nous sommes partis faire la première partie du shooting, par un beau dimanche d’avril. Quelques accessoires (un vieux fusil de chasse, une bâche en plastique, quelques costumes, etc.) nous ont permis de créer les images des scènes relatives à la découverte du cadavre et de ses environs directs. Malheureusement pour nous, un promeneur qui passait par là (comme tant d’autres), a mal interprété notre mise en scène et a avertit la police. Ces derniers, convaincus d’avoir affaire à de dangereux criminels, ont envoyé dans la hâte le groupe d’intervention, à savoir des hommes en tenues de combat, équipés de boucliers et de fusils d’assaut. Tenus en joue puis menottés, pour nous le choc fût total. Une demi-heure plus tard, tout le monde avait finit par comprendre le malentendu. Il ne restait plus qu’aux agents à prendre nos dépositions avant de nous relâcher (tout en saisissant une grosse partie de notre matériel, dont les appareils photo et toute la pellicule).

twin peaks

©Sebastien Gerber

Sans nous laisser décourager pour autant, nous avons ensuite attaqué la 2ème partie du shooting le week-end suivant dans un grand appartement. Faute de matériel, j’ai dû emprunter un autre appareil (qui explique le changement de ratio entre les images extérieures et les images intérieures) pour pouvoir continuer à travailler sur le projet sans prendre trop de retard.

Le shooting du projet s’est terminé plusieurs heures plus tard, après une journée de travail acharné.

Malgré ces quelques difficultés, le projet The Lodge m’aura permis d’expérimenter de nouvelles choses dans mon approche du portrait (car c’est essentiellement une série de portraits) et plus globalement dans le travail que représente la création d’une série consistante et cohérente, d’autant plus quand cette dernière se doit d’être référentielle.

En prenant de la distance avec l’œuvre de Lynch et Frost, j’espère avoir su créer des images qui vivent d’elles-mêmes (mais le doute est total) et qui puissent être appréciées comme un travail photographique original, tout en assurant un hommage sincère à la série originale.

twin peaks

©Sebastien Gerber

Je vous laisse en juger par vous-même.»

Sebastien Gerber

Sebastien Gerber vous présente son travail autour de Twin Peaks : The Lodge.

Vous pouvez retrouver ses œuvres sur son site internet : http://www.sebastiengerber.net et son compte instagram : https://instagram.com/sebastiengerber/

Partager