• Home »
  • CINÉMA »
  • Tomorrowland : que valent les 15 minutes inédites visionnées à Disneyland ?
Tomorrowland : que valent les 15 minutes inédites visionnées à Disneyland ?

Tomorrowland : que valent les 15 minutes inédites visionnées à Disneyland ?

Affiche-Teaser-A-la-poursuite-de-DemainPrévu en salles pour le 20 mai, soit dans à peine un mois, A la poursuite de demain (Tomorrowland en V.O) tarde à se révéler. En France, il sortira en plein festival de Cannes où une autre production Disney, Vice Versa, polarisera toute l’attention et sera de surcroit montré sur la Croisette. Depuis le 15 avril, un montage de 15 minutes est présenté aux visiteurs du parc Disneyland d’Anaheim. Des images décoiffantes, magnifiques et toujours mystérieuses quant au contenu précis du scénario.

Tout commence par une visite du petit Frank Walker (le personnage de George Clooney enfant, donc) à l’exposition universelle de New York en 1964. Le coeur gonflé d’espoir et d’enthousiasme, le gamin timide débarque en Greyhound, trimballant dans un gros sac à fermeture éclair un jetpack de sa propre fabrication. Dans le hall des inventeurs, il espère faire enregistrer sa création pour participer à un concours et se heurte au scepticisme du responsable des lieux, cassant et hautain.

Il s’agit de David Nix (Hugh Laurie), qui lui demande si sa machine fonctionne vraiment. Un flashback hilarant nous montre Frank tester son invention dans un champ et mordre sévèrement la poussière. Athena, une fillette de l’âge de Frank (a priori la propre fille de Nix ou sa protégée, ce n’est pas dit clairement) s’approche et lui demande s’il a lui même fabriqué le jetpack. Frank acquiesce mais Nix le recale, lui suggérant de trouver un moyen pour faire voler sa création ou à défaut d’aller s’amuser…

Disney's TOMORROWLAND Tomorrowland Ph: Film Frame ©Disney 2015« Je l’aime bien » dit pourtant Athena en aparté à Nix, avant d’aller rejoindre discrètement Frank à l’extérieur pour lui remettre un badge Tomorrowland et l’inviter à les suivre. « Mais qui êtes-vous ? » lui demande Frank. « Je suis le futur » répond-elle avant de retrouver Nix pour une destination mystérieuse. Happé par la curiosité, Frank les suit tous les deux à travers l’Exposition universelle jusqu’à l’intérieur de l’attraction It’s a Small World, après avoir fendu la foule et contourné la longue file d’attente. Seul dans son petit bateau, Frank s’enfonce dans l’obscurité du manège, sans savoir qu’il s’apprête à basculer dans un monde qui va changer sa vieœ à tout jamais.

Un laser scanne son badge Tomorrowland et en un éclair, Frank est propulsé dans un monde ultra futuriste peuplé de robots géants fabriquant à vue d’oeil une cité aux édifices caressant un ciel inondé de lumière. Réparé in extremis par un robot a priori menaçant mais finalement bienveillant, son jetpack va lui être d’une utilité cruciale alors que la chute dans le vide brumeux menace à tout moment.

Disney's TOMORROWLAND David Nix (Hugh Laurie)  Ph: Film Frame ©Disney 2015Ce long extrait filant à cent à l’heure se termine par la seconde bande annonce du film et je serais toujours bien en peine d’expliquer concrètement ce que raconte A la Poursuite de Demain. On a compris que Tomorrowland est un monde situé dans une autre dimension où l’hyper technologie a fait exploser toutes les barrières du possible. Un lien avec les inventions des différentes Expositions Universelles est clairement établi, mais quel est leur rôle précis dans la création de ce monde ? Des années après avoir découvert cet endroit pour la première fois à l’âge de 11 ans, Frank Walker en a mystérieusement été exclu et, désormais vieillissant et amer, il vit en reclus dans une maison bardée d’écrans de contrôles d’où il observe divers points du globe. A en croire les images de désastres climatiques et flashes relatant des émeutes à grande échelle, ça va mal. Sa rencontre avec la jeune Casey Newton (Britt Robertson), nouvelle détentrice du badge magique, va l’amener à retourner à Tomorrowland pour livrer une bataille dont va dépendre le sort de la planète. Un parfum d’apocalypse cohabite avec les images rétro-SF radieuses de Tomorrowland, étonnant choc d’ambiances…

Disney's TOMORROWLAND..Casey (Britt Robertson) ..Ph: Film Frame..?Disney 2015Dés mars 2013, le site HitFix avait révélé les grandes lignes de ce curieux scénario n’impliquant à aucun moment le moindre extra-terrestre, contrairement à des supputations initiales. Rappelons que le redoutable Damon Lindelof, prince du high concept excitant mais qui va droit dans le mur, a co-signé le script…. L’article de HitFix confirmait en tout cas l’idée d’une confrontation entre un Frank Walker déchu de Tomorrowland et un David Nix obsédé de technologie qui aurait pris possession des lieux.

Pour ceux qui ne craignent pas d’être spoilés, la lecture de l’article s’avère des plus éclairantes pour mieux cerner les enjeux de l’histoire de ce Tomorrowland qui, sur la foi des 15 minutes montrées à Disneyland, ne ressemble à RIEN de ce que l’on a pu voir au cinéma jusqu’ici. En plus d’une magnifique photo vintage et gorgée d’Americana surannée signée Claudio Miranda (L’Odyssée de Pi) , la mise en scène de Brad Bird fourmille de mille idées vertigineuses à chaque mouvement de caméra et l’émerveillement visuel habite chaque plan. Colossal travail de production design.

IMG_0513Montrée dans la salle de cinéma aux sièges montés sur verrins de la section Tomorrowland du parc Disneyland d’Anaheim, cette preview s’accompagne d’une mini-exposition voisine sur l’univers graphique et les sources d’inspirations du film. Au coeur de celles-ci : l’exposition universelle de New York où, en 1964, Walt Disney montra l’attraction It’s a small world pour la première fois avant de l’importer à Disneyland en 1966. La direction artistique du Tomorrowland de Brad Bird (titre clin d’oeil à la section « futuriste » de Disneyland) est entièrement imprégnée de la vision optimiste et enchantée du futur de Walt Disney, qui  prévalait aussi à l’expo de NYC. Ci-dessous, les superbes concept-arts et accessoires du film tels qu’exposés à Anaheim.

 

IMG_0516

IMG_0515

 

 

 

 

 

 

IMG_0517

IMG_0518

 

 

 

 

 

 

IMG_0523

IMG_0527

 

 

 

 

 

 

IMG_0532

IMG_0534

 

 

 

 

 

 

IMG_0535

Brad Bird, le jeune Thomas Robinson (Frank Walker enfant) et Damon Lindelof

Brad Bird, le jeune Thomas Robinson (Frank Walker enfant) et Damon Lindelof

 

 

 

 

 

 

 

Une carrière en salles difficile ?

Disney's TOMORROWLAND Casey (Britt Robertson)  Ph: Film Frame ©Disney 2015Reste une inconnue pour Disney :  comment marketer correctement et surtout faire exister ce blockbuster totalement atypique confinant à l’Ovni, entre des mastodontes à la carrière plus balisée comme Avengers : Age of Ultron et Vice Versa, le nouveau Pixar ? Tout comme ce fut le cas avec John Carter en 2012, Disney sait-il vraiment quoi faire d’A la poursuite de demain ? Initialement prévu pour une sortie en décembre 2014, le film a été repoussé au 20 mai 2015 (22 mai aux Etats-Unis) et sa médiatisation en France risque d’être parasitée par la projection hors compétition de Vice Versa à Cannes.

Disney's TOMORROWLAND..Frank (George Clooney)..?Disney 2015A un mois à peine de sa sortie, personne n’a encore vu le film et, en l’absence d’éléments concrets, l’élaboration d’une campagne de promotion s’avère délicate même si, finalement, tout cela reste cohérent : depuis les tous premiers stades de sa communication autour du film, en 2013, Disney a joué la carte du projet énigmatique. Pour la France, une copie sera montrée aux journalistes début mai, une poignée de jours seulement après la fin de sa post-production et l’ajout de sous-titrages in extremis.

Souhaitons un film à la hauteur des attentes, comme on dit. Et surtout, une belle rencontre entre le public et un long-métrage définitivement intriguant et audacieux, chargé jusqu’à la gueule d’idées assez dingues (la Tour Eiffel, silo à fusée ???) et riche de plusieurs degrés de lecture. Après tout, Disney a déjà touché le jackpot par le passé en puisant dans son propre catalogue d’attractions avec la très improbable franchise Pirates des Caraïbes (3,7 milliards de dollars de recettes salles depuis 2003). Il n’est pas interdit d’espérer que cette nouvelle auto-promo, non officielle celle là, basée sur It’s a Small World connaisse, à son tour, un franc succès mondial.

A la poursuite de demain, de Brad Bird (Tomorrowland). Sortie en salles le 20 mai. 

 

 

Partager