Top 10 des albums 2015 de Douglas MacDouglas

Top 10 des albums 2015 de Douglas MacDouglas

Maintenant que nous avons bien digéré les fêtes de fin d’année, il est temps d’effectuer un dernier coup d’œil dans le rétro et dresser un bilan. La « team musique » vous en a concocté quelques-uns avec pour chacun des rédacteurs, un top des meilleurs albums de l’année 2015.

 

ChastityBelt_LP1Chastity Belt – Time to Go Home [Hardly Art]

Lo-fi à souhait, plein d’overdrive cracra et de reverb langoureuse, l’album des 4 filles de Chastity Belt est une petite merveille minimaliste et féministe tout simplement irrésistible. Sur 10 chansons aux mélodies pleines de rondeurs et de nonchalance, le groupe originaire du bled de paumé de Walla Walla convoque l’adolescence et la branchitude des nineties, le tout avec des textes qui font mouche à chaque fois. Revendicatrices sur Cool Slut, blasées sur Joke et paumées dans Time to Go Home, Julia Shapiro et sa bande se font même le plaisir d’inviter les esprits de Kurt Russell et John Carpenter sur The Thing, petit plaisir gourmand plein de panache.

vegaNeon Indian – VEGA INTL. Night School [Transgressive / Mom + Pop Music]

Arrêtez les rotatives, on a retrouvé l’inventeur de la chillwave !!! Après avoir popularisé le genre au début des années 2010, le musicien Alan Palomo et son groupe Neon Indian le dépoussièrent grâce à VEGA INTL. Night School, album qui sent bon le synthé, les compilations Dance Machine et le Discovery des Daft Punk. Ici, les lignes de basse et les mélodies sucrées se succèdent pour faire bouger les hanches et pas grand-chose d’autre (les épaules à la rigueur). Une petite merveille pop à déguster sans aucune retenue. Ecoutez Annie, vous m’en direz des nouvelles.

limoilouSafia Nolin – Limoilou [Bonsound]

Véritable révélation de l’année ayant percé avec son tubesque IglooSafia Nolin et sa fragilité venue de Québec ont soufflé comme une brise légère sur le paysage musical de 2015. Plein de mélancolie, son premier album Limoilou où règnent guitare sèche et voix de velours marque la naissance d’une vraie auteure/compositrice au talent brut et à la qualité d’écriture singulière. Pour vous en convaincre, tendez simplement l’oreille vers La LaideurValser à l’enversNoël partout ou Si seulement.

ibeyiIbeyi – S/T [XL Recordings / Hostess Entertainment]

Voix cristallines, puissantes et douces entre Björk et Martina Topley-Bird, rythmes organiques, grooves trip-hop langoureux… Du haut de leurs 19 ans, les sœurs jumelles d’Ibeyi livrent un album d’une grande maturité à la composition pleine de finesse. Et 10 chansons savantes emplies de spiritualité. Un vrai petit bonheur.

bloodLianne La Havas – Blood [Nonesuch / Warner Bros.]

Lianne et moi, on s’est manqués de peu. Ben ouais. Figurez-vous que je devais la voir en concert à Bruxelles le 24 novembre dernier. Sauf que… Après l’état d’urgence niveau septante déclaré dans la capitale belge, tous les concerts ont été annulés et j’ai raté le passage de la belle londonienne. Tant pis, je me console comme je peux en réécoutant encore et encore Blood, depuis le tube discret Green and Gold jusqu’à l’étonnante bossa-punk de Never Get Enough. Et je vous invite à faire de même.

summerVince Staples – Summertime ’06 [ARTium / Def Jam Recordings]

Sorti de l’ombre d’Odd Future et après une volée de mixtapes et un EP, Vince Staples fait les choses en grand pour son premier LP. Et hop, que je te claque un double album ! Et hop, que je te sors des prods de No I.D. et Clams Casino ! Et hop, que je te balance un des meilleurs albums hip-hop de l’année ! Pas convaincu ? Alors écoutez au hasard Norf Norf, Loca, ou Lemme Know. Promis, c’est de la bonne.

vietcongViet Cong – S/T [Flemish Eye / Jagjaguwar]

Quel dommage ! Au final, j’ai l’impression qu’on a plus parlé du nom du groupe et des polémiques qu’il a engendré que du fabuleux album que les 4 membres du groupe ont sorti. Parce que ouais, on a beau avoir un nom qui fait chier les gens, il est toujours possible de balancer un des meilleurs albums de l’année. Entre le noise, le post punk et la pop, entre Gang of Four, New Order et Sonic Youth, les 4 zigotos de Viet Cong enchaînent les titres sans temps morts (mais avec une flopée de contretemps) depuis le crépusculaire Newspaper Spoons jusqu’au groovy Bunker Buster. Juste formidable.

creepsIndian Handcrafts – Creeps [Sargent House]

Aussi sympathiques que sévèrement burnés, les deux métalleux d’Indian Handcrafts reviennent après Civil Disobedience for Losers pour faire rugir leur 3ème LP joyeusement intitulé Creeps. Condensé de ce qui se fait de mieux en matière de rock sauvage, l’album rappelle autant Queens of the Stone Age, Black Sabbath ou encore Red Fang à leur plus haut. Un grand morceau de bravoure fun et bourrin rempli de tubes à l’instar de It’s Late Queeny et Maelstrom.

clarityClarence Clarity – No Now [Bella Union]

Commencer à écouter No Now, c’est plonger dans un univers bien étrange, un lieu de rencontre entre le RnB, la pop, la musique électronique, le hip-hop par moment et les délires les plus fous des Residents. Un truc à la fois groovy et glauque, dansant et gerbant à souhait. Inclassable, iconoclaste et génialissime.

metzMETZ – II [Sub Pop]

Encore plus vénère que sur leur premier, les 3 gusses de METZ reviennent pour te donner envie de sauter partout comme un fifou et de te jeter contre les murs. Et même que t’auras envie de recommencer. Et même que tu seras content. Parce qu’avec 10 titres ultra remontés, secs et nerveux comme il faut, les Canadiens font preuve d’une énergie rare et brute de décoffrage. Un enchaînement de chansons ultra efficace, du tube Acetate au Jesus-Lizardien Eyes Peeled. Assurément un des meilleurs headbangs de 2015.

Partager