TOP 5 des animes dont personne ne se souvient (ou presque)

TOP 5 des animes dont personne ne se souvient (ou presque)

Shurato (3)Tout le monde… Enfin tous les trentenaires se souviennent des dessins animés de leur enfance. A la fin des années 80 et au début de 90’s, très clairement en terme de programmes jeunesse, il n’y avait pas grand chose à part quelques cartoons et les animes diffusés au Club Dorothée. Personne n’a oublié Dragon Ball, Saint Seiya, Sailor Moon, Olive et Tom ou Goldorak tandis que d’autres séries sont quelque peu tombées dans l’oubli. Il est temps de réparer tout cela en remettant sous les feux des projecteurs, des animes qui, malgré certaines qualités, ne sont pas restées dans les mémoires, chez nous.

 

 

5 – Dragon Quest – La Quête de Daï (1991)

Tiré du manga éponyme et renommé chez nous Fly, ce titre est loin d’être totalement inconnu. Tout d’abord parce qu’il est adapté du mythique univers vidéoludique Dragon Quest, ensuite parce que l’anime a été multidiffusé chez nous, en France. Pourtant, aujourd’hui encore, l’évocation de Fly ne remémore pas grand chose aux gens, à part aux fans de la première heure. Sur le base du fameux RPG, la série est bourrée de qualités, à commencer par son monde riche et passionnant. Une sorte d’Heroïc-Fantasy old-school et parfois naïve mais qui parvient malgré tout à nous embarquer. Autant vous dire, qu’en 1994 (première date de diffusion en France), ce genre ne court pas encore les rues et que cette sensation d’open-world dans un anime, est pour l’époque incroyable. A noter que le titre pourrait bien connaître une seconde vie puisque l’éditeur Ki-oon publie depuis quelques mois, Dragon Quest – Emblem of Roto, un autre manga dérivé du célèbre jeu vidéo.

Taux d’oubli: 50%

 

 

4 – Shurato (1989)

Des jeunes hommes qui portent des armures et affrontent des divinités, ça vous parle? Forcément! Au débuts des années 1990, trois séries s’affrontent sur le même terrain: Saint Seiya, Yoroiden Samurai Troopers (Les Samouraïs de l’Éternel) et Shurato. Inutile de demander qui est le vainqueur… Comme en réponse à la Toei, Tatsunoko Production sort sa vision du combat en armure. Si Saint Seiya s’est réapproprié la mythologie grecque, Shurato, lui, va plutôt chercher du côté de la mythologie hindouiste. Trente huit épisodes de nekketsu pur, qui versent un peu moins dans le sentimentalisme de son illustre modèle. Seiya et ses potes avaient clairement une longueur d’avance et n’ont rien laissé aux deux autres. On ne s’attaque pas aux Gold Saints impunément.

Taux d’oubli: 65%

 

 

3 – Cutey Honey (1973)

Bon, là, je vous l’accorde, ça commence à bien remonter! Cependant, les 25 épisodes de la série originelle ont bien été diffusés en France, par Dorothée et sa bande, sous le titre (ridicule) de Cherry Miel. Cette série vaguement S.F. nous raconte l’histoire d’une femme-androïde qui a le pouvoir de se métamorphoser en n’importe quel individu (pilote de course, chanteuse, hôtesse de l’air…). Elle n’a de cesse de combattre l’organisation Panthera, responsable de la mort de son père. La petite particularité qui plaira aux plus coquins d’entre vous, c’est que lors des phases de métamorphose, la jeune fille se retrouve temporairement en tenue d’Ève. Derrière ce trip Magical Girl, on retrouve Go Nagai, auteur de Goldorak et Devilman. Bien que le titre fut décliné en plusieurs séries, film et OAV, qui se souvient encore de Cherry Miel?!

Taux d’oubli: 70%

 

 

4 – Nazca (1998)

En cette année 1998, quelques titres se bousculent au portillon et malheureusement, certains resteront sur le carreau. Au milieu de séries aussi ambitieuses que Cowboy Bebop et Serial Experiment Lain ou face à des mastodontes comme Card Captor Sakura et Yu-Gi-Oh!, il fallait avoir de la ressource. Nazca, qui relate la vie d’individus qui se révèlent être des réincarnations de guerriers incas, a pourtant des qualités. Sans être inoubliable, l’animation était fluide et relativement travaillée (hormis la 3D) et les personnages finissaient par être attachants. Oui, mais voilà, Nazca a fini par sombrer dans les oubliettes. Pour l’anecdote, quelques images de l’anime apparaissent dans le générique de la série américaine Malcolm.

Taux d’oubli: 80%

 

 

1 – SilverHawks (1986)

Oui, oui, je sais, SilverHawks est 100% américain mais je me suis permis une petite entorse car clairement, qui se souvient de SilverHawks? Levez la main! Qui se souvient de ces êtres cybernétisés, ailés, quasiment recouverts de métal, luttant contre Mon-Star, le plus dangereux criminel de l’univers? Sa diffusion sur TF1 n’aura pas laissé un souvenir indélébile dans l’esprit des téléspectateurs. Le peu de personnes qui se souviennent de SilverHawks doivent encore être hantées par l’atroce générique français.

Taux d’oubli: 90%

Partager