Top 5 des BD de Warren Ellis qu’on aimerait bien voir réédités

Top 5 des BD de Warren Ellis qu’on aimerait bien voir réédités

Si Warren Ellis fait partie des grands noms de la bande dessinée et si bon nombre de ses œuvres sont bien placées dans les rayonnages des librairies, il n’en reste pas moins que certaines de ses pépites et œuvres de jeunesse restent cruellement absentes depuis un moment. Aujourd’hui, au Daily Mars, on a eu envie de faire un petit Top 5 de ses histoires qu’on aimerait bien revoir en France.

 

 

DV85/ DV8

Deux mois après avoir repris les rênes de Stormwatch, Warren Ellis lance une nouvelle série dans le cadre de l’univers Wildstorm. Son idée ? Pousser à l’extrême l’idée des équipes de super-héros teenagers. Avec leur lot de bimbos sursiliconées et leur violence playskool, les bébés de Gen13 ou d’X-Force sont bien gentils mais le concept d’adolescent débordant d’hormones et de super-pouvoirs peut avoir un traitement autrement plus intéressant. C’est ce qu’Ellis montrera sur huit épisodes accompagné par Humberto Ramos qui signe ici l’un de ses premiers travaux avec sa grande œuvre Crimson. Pas forcément débarrassé de ses tics ou défauts de jeunesse, Warren Ellis pond tout de même un cycle d’histoire dont on retrouvera les échos dans les années 2000 chez Grant Morrison ou Peter Milligan.

 

 

newuniversal4/ Newuniversal

C’est l’histoire d’un échec. Lancé en 1986 par Jim Shooter, Tom DeFalco, Archie Goodwin, John Morelli, Mark Gruenwald et Elliot R.Brown, le New Universe était une tentative de création d’un nouvel univers au sein de Marvel qui tourna court au bout d’une année. Vingt ans après, Marvel, alors heureuse de l’établissement de l’univers Ultimate, tente un coup de poker et relance le New Universe. En six épisodes, Ellis tente le classique « Et si les super-héros apparaissaient dans notre vrai monde à nous qu’on a ? ». Avec Salvador Larroca au dessin, le voilà qu’il réécrit les origines de Starbrand, Nightmask et consorts. Potentiellement destinée à créer une franchise de série, Newuniversal ne dépassera pas les six épisodes (plus quelques one-shot) et reste aujourd’hui une drôle de tentative manquée. Peut-être que déjà Marvel envisageait la télévision comme support capable de retranscrire des histoires. Ainsi, Larroca s’amuse à donner le look d’acteurs connus (Bruce Willis, Josh Holloway) à ses personnages, tandis qu’Ellis construit parfaitement son récit tel un pilote pour une série télé. Pas forcément son travail le plus brillant mais totalement intéressant quand on le replace dans son époque et quand on s’amuse à noter toutes les influences sur les Avengers de Jonathan Hickman.

 

 

Doom-20993/ Fatalis 2099

Presque dix ans avant l’apparition de l’univers Ultimate, Marvel avait déjà tenté de créer une franchise de titres mettant en scène des nouvelles versions de super-héros connus. Extrapolant le futur, les auteurs imaginèrent avec plus ou moins de réussites les aventures de nouveau X-men, Spider-man, Hulk, Punisher ou Ghost Rider en 2099. Parmi ces titres, il en est un qui retient particulièrement l’attention par son originalité. Plutôt que de s’attarder sur le destin d’un héros, le scénariste, John Francis Moore, et Pat Broderick décident de consacrer une série au plus grand des méchants de l’histoire des comics (hé ouais) : Doom, alias Fatalis sous son magnifique nom français. Antihéros hors normes aux compétences incroyables qui n’hésite pas à tout faire pour détruire une société qu’il juge corrompu, le seigneur de Latvérie est un personnage parfait pour un Warren Ellis arrivant sur la série au vingt-quatrième numéro. Il est tout à son aise dans cet univers de science-fiction où l’ancien ennemi des Quatre Fantastiques se révèle moins pire que les dirigeants de ce futur. Si aujourd’hui seul Spider-Man (Miguel O’Hara) est resté dans les mémoires grâce notamment à Dan Slott qui l’a fait récemment revenir, on espère qu’un jour prochain Marvel se réveille et réédite toute la série, et notamment le boulot d’Ellis.

 

 

the authority2/ The Authority

C’est sur les cendres de Stormwatch que né The Authority. Parangon suprême du travail de Warren Ellis sur le genre, l’équipe composée de Jack Hawksmoor, le Docteur, L’ingénieur, Swift, Apollo, Midnighter et menée par Jenny Sparks pousse la question de l’interventionnisme des super-héros à son maximum. En seulement neuf épisodes, le scénariste met tout le monde à genoux avec une approche bigger & louder qui doit également beaucoup au dessinateur Bryan Hitch. Construisant trois récits de plus en plus cataclysmique comme les plus grands blockbusters jamais réalisés, les deux compères opposent l’équipe ultime à toute une nation tyrannique, un empire surgit d’une autre dimension et, tout simplement, à Dieu. Série remarquable dont les nombreux clones (coucou les Ultimates de Mark Millar) n’atteindront jamais la même qualité, The Autorithy fait partie des plus grandes œuvres du scénariste. On espère vraiment qu’Urban rééditera un jour la série même si on comprend leur envie d’attendre pour donner plus. Car avant The Authority, il y a….

 

 

stormwatch1/ Stormwatch

Juillet 1996 – Stormwatch #37. Plus le temps passe et plus ce numéro se pose comme le point de bascule entre deux époques. Entre le début d’une décennie qui a vue les héros élevés en batterie d’Image Comics régner sur une industrie qui allait chuter et la fin d’un siècle dont le renouveau créatif offrit des nombreuses pépites. Parmi elle, la reprise de Stormwatch par Warren Ellis est clairement l’une des plus importantes. Si nous avions déjà déclaré notre amour à ce cycle, rien ne nous empêche d’en remettre une couche. En transformant des poupées à super-pouvoirs, mais totalement creuses, en de véritables personnages multifacettes et en basculant la série dans un univers de science-fiction paranoïaque en phase avec son époque, le scénariste sème les graines d’un jardin dont on récolte les fruits aujourd’hui encore.

Ha ! Qu’est ce qu’on aimerait un Warren Ellis présente Stormwatch en France. Il y a un hic toutefois. Racontant les événements qui conduiront à la fin de l’équipe et à la création de The Authority, le crossover Wildcats/Aliens a ses droits toujours bloqués chez Dark Horse. On espère qu’ils pourront un jour être débloqués et négociés pour qu’une belle édition sorte un jour en France. Car au même titre que le Miracleman d’Alan Moore pendant longtemps, l’absence de Stormwatch dans les rayons en France crée un vide conséquent, n’aidant pas à la découverte et l’analyse du travail d’un des plus grands scénaristes actuel.

 

Enfin on aurait pu (et c’était même prévu) inclure Planetary dans ce top mais Urban Comics ayant annoncé la parution d’une intégrale de la série pour l’année prochaine nous l’avons avec plaisir enlevé du top. Et vous de votre coté, quel récit de Warren Ellis aimerez vous relire ?

Partager