• Home »
  • BRÈVES »
  • Top/Flop : les performances de la semaine (Downton Abbey/Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.)
Top/Flop : les performances de la semaine (Downton Abbey/Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.)

Top/Flop : les performances de la semaine (Downton Abbey/Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.)

Au top cette semaine : Michelle Dockery

Lady Bain de Boue

L’épisode : Downton Abbey – 1×07

Vous en rêviez, Julian Fellowes l’a fait : nous écrire une scène avec Lady Mary dans une marre de boue. La semaine dernière dans Downton Abbey, Michelle Dockery a réussi à rester classe à quatre pattes dans la gadoue et pour cela, on l’admire. Qui aurait pu penser voir ça il y a 4 ans ? Qui eu cru que cette femme au visage si froid pourrait se montrer si vrai, si vulnérable et surtout si vivante ? Car c’est bien la que repose toute la subtilité de la performance de Michelle Dockery. Alors qu’elle a passé la saison a n’être plus ou moins que l’ombre d’elle même Mary revit enfin et c’est dans cette séquence de sauvetage des cochons de Downton que l’actrice nous montre cela, en nous rappelant que son personnage n’a pas perdu de sa fougue et de sa prestance, en toute circonstance.

Celui qui fait un flop : Brett Dalton

L’épisode : Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. – 1×06 « FZZT »

Mr. Imodium

Pas évident du tout la constipation. Demandez à Brett Dalton. Il vous le dira. On n’est jamais content, on a la mâchoire serrée, on regarde l’horizon en se demandant quand, enfin, on va être libéré de ce poids… Pas de quoi se moquer, la situation est compliquée, difficile. Elle semble inextricable, toutes les issues semblent bouchées. Quelle idée étrange de soit écrire un personnage constamment constipé, ou de choisir un comédien constipé pour jouer un rôle de grand rigide. Sur le papier, son opposition avec Coulson fait passer ce dernier pour un hippie bienveillant, certes, mais dans les faits, ça donne surtout un personnage peu crédible qui fait grincer des dents à chaque apparition.

Dans l’épisode 6 de cette saison, qui donne la part belle au duo de scientifiques (ainsi que, pour la première fois, une dimension humaine à des personnages), Dalton nous sert une partition en décalage complet, incapable d’émotion. La façon dont le scénar se moque de lui à de nombreuses reprises n’incite pas non plus à la rédemption du personnage, au contraire. A force de passer pour un connard constipé, il a fini par le devenir à nos yeux, et sans espoir de retour en arrière.

Partager