Pilote automatique : True Detective (HBO)

Pilote automatique : True Detective (HBO)

Note de l'auteur

La saison 1 comptera huit épisodes. Photo HBO

L’histoire : dix-sept ans après les faits, Rust Cohle et Martin Hart, ex-partenaires au sein de la police de Louisiane, sont sollicités pour évoquer la traque d’un tueur particulièrement vicieux. Devant les forces de l’ordre, séparément, ils reviennent sur une enquête complexe et qui a laissé des traces. Chez l’un comme chez l’autre. Problème : les circonstances de ces entretiens ne vont pas les effacer.

Autour de la série : grosse production HBO pour le début d’année, True Detective associe, pour cette première saison de huit épisodes, deux acteurs de haut vol au générique.

D’un côté Matthew McConaughey (Mud, bientôt Dallas Buyers Club, qui lui a valu un Golden Globe), de l’autre Woody Harrelson (Tueurs Nés, No Country for Old Men).

Ils produisent la série aux côtés du réalisateur Cary Fukunaga (Jane Eyre, Sin nombre)  et du scénariste-créateur Nic Pizzolatto (ex-auteur sur The Killing US. Moui…).

Si vous voulez en savoir plus, l’Aguiche Room n’attend que vous.

Avis : j’ai beaucoup aimé. Certainement pas parce qu’il est encore question de serial killer et que la mise en scène des cadavres pourrait faire office de quatre-heures avant Hannibal saison 2. Non, ce qui m’a plu, c’est que True Detective, c’est vraiment l’histoire d’un couple pris dans un polar.

Un couple dont les deux composantes sont tout à la fois dissemblables, complémentaires et, dans une certaine mesure, toxiques l’une pour l’autre (ça ne peut pas durer). Pas du tout à la façon de Hannibal et Will Graham, mais beaucoup plus (dans l’esprit) comme l’un de ces fameux couples de flics qui ont fait toute la saveur de Homicide.

Rust Cohle, un enquêteur aussi sombre que brillant (oh oh oxymore). Photo HBO

Hart (Harrelson) est un enfant du pays, il est marié et a des enfants : c’est un enquêteur méthodique et intégré. Cohle (McConaughey), lui, est une espèce de pièce rapportée (il vient du Texas), en total décalage avec les autres. Pessimiste et au bord du gouffre, il embrasse complètement l’absurdité du monde dans lequel il vit.

Le duo pourrait paraître rapidement caricatural. Mais McConaughey, qui tient une place de choix dans ce pilote, fait le job avec suffisamment d’implication pour que son personnage capte l’attention du téléspectateur.

Par la force des choses, Harrelson est un tout petit peu en retrait. Mais il y a fort à parier que les plateaux de la balance vont s’équilibrer. Le bonhomme est en tout cas déjà au diapason.

Dans une Louisiane superbement filmée, entouré de très bons acteurs (c’est toujours cool de revoir Michael Harney avec une moustache. Toujours.), le binôme donne envie de voir où il va nous emmener. Autant pour les liens qui les unissent que pour l’enquête qui va être décrite, si ce n’est plus. Le récit est fluide et pour l’instant, le fait de passer de 1995 (année du début de l’enquête) à 2012 (année des entretiens) d’une séquence à l’autre est proposé de manière fluide.

Episode 2 ? Définitivement, oui. En une heure, True Detective pose deux personnages forts, une ambiance singulière et donne envie. Espérons que la suite sera à la hauteur. Pizzolatto, par pitié pour les amoureux d’histoires audacieuses avec des flics, ne manque pas ton coup…

TRUE DETECTIVE (HBO)

Créée par Nic Pizzolatto.
Episode 1 : The Long Bright Dark.
Scénario : Nic Pizzolatto
Réalisation : Cary Fukunaga.

Avec Matthew McConaughey (Rust Cohle), Woody Harrelson (Martin Hart), Michelle Monaghan (Maggie Hart), Kevin Dunn (Commandant Quesada).

Diffusée à partir du lundi 13 janvier sur OCS City à 20h55 en US +24

Partager