• Home »
  • Analyse »
  • Les univers parallèles dans la littérature. Chapitre 2 : réalités altérées et infra-monde
Les univers parallèles dans la littérature. Chapitre 2 : réalités altérées et infra-monde

Les univers parallèles dans la littérature. Chapitre 2 : réalités altérées et infra-monde

Alors, si tout a commencé quand Alice a décidé de suivre le lapin blanc, elle n’a pas été la seule à découvrir ou utiliser les portes vers les mondes autres que le nôtre. Je ne parlerai pas de Jack et son fichu haricot, bien que je sois à peu près sûre que les géants continuent de garder un œil sur notre monde. Ces univers peuvent exister à côté de notre réalité ou à l’intérieur de celle-ci, comme un énorme mille-feuille qui n’attend que l’auteur et le lecteur pour pouvoir exister. Petit point livres sur ces différentes fictions qui nous emmènent à côté du réel.

Les univers parallèles peuvent être divisés en plusieurs catégories, et trois ont retenu l’attention du Daily Mars. Après le roman initiatique dimanche dernier, nous nous intéressons aujourd’hui aux réalités altérées et à l’infra-monde.

ATTENTION SPOILERS pour John meurt à la fin de David Wong, Bad Monkeys de Matt Ruff, la série des Thursday Next de Jasper Fforde, Neverwhere de Neil Gaiman, Treize de Seth Patrick.

Réalité altérée et monde dans le monde

matt_ruff_bad_monkeysL’univers parallèle n’est pas seulement le monde qui vit à côté de nous. Il peut aussi exister à l’intérieur du nôtre, de manière intrinsèque, mais nous serions incapables de le voir. Comme les ondes sonores que seuls les chats peuvent entendre, il existerait alors des créatures qui vivent dans notre univers mais que nous ne pouvons déceler. Seules certaines substances nous permettraient de voir ce monde.

C’est ainsi le propos de John meurt à la fin, où grâce à une substance noire et visqueuse, assimilée à de la drogue et surnommée « sauce soja », David et son ami John se retrouvent entourés de monstres, créatures, fantômes qui veulent leur mort. Tout en aidant les personnes hantées par des « esprits frappeurs ». Si notre univers est attaqué par des choses « invisibles »  (en tout cas, par ceux qui n’ont pas pris cette drogue), il n’en existe pas moins, dans le livre de David Wong, des univers accessibles par des failles dans l’espace.

Bad Monkeys de Matt Ruff utilise aussi l’élément « drogue comme révélateur de la réalité », mais en tant que simple élément de la trame du roman. Jane Charlotte est un agent, membre d’une organisation secrète qui  chasse les « bad monkeys » (les gens très malfaisants). Dans une atmosphère surréaliste, elle reçoit ordres, missions et se met en retrait face à l’humanité. Jusqu’au moment où, en prenant une drôle de substance, appelée Drogues X, le monde se distord et elle devient plus rapide, plus agile. Elle va jusqu’à provoquer la crise cardiaque d’une autre personne en passant son poing à travers sa poitrine, sans transpercer la peau.

{1AE1D2DD-70B6-461D-95F1-910178FA3815}Img100Mais ces univers existants à l’intérieur du nôtre ne nécessitent pas forcément de drogues pour être visités. Ainsi celui des livres, présent dans toute l’œuvre uchronique de Jasper Fforde : Thusday Next. Dans cette série, une jeune femme, Thursday découvre un monde à l’intérieur des romans, une immense bibliothèque tenue par le Chat de Cheshire. Elle se rend alors compte que les personnages de nos livres ont une vie propre, entre les lignes et les pages. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent quand le lecteur, vous ou moi donc, n’a pas les yeux fixés sur eux et s’expriment parfois dans les notes de bas de page (ne vous inquiétez pas, Edward Rochester vit une histoire passionnée avec Jane Eyre). Un monde où les personnages des Hauts de Hurlevent suivent une thérapie de groupe pour gérer leur colère… Tout en étant relié à notre monde, vivant en symbiose (comment croyez-vous que le langage SMS a été inventé ? Pénurie de lettres dans le monde des livres ! ). Thursday voyage d’un monde à l’autre car elle en a le don. Et a donc pour mission de sauvegarder les deux univers !

Neil-Gaiman-neverwhere-couvertureNeil Gaiman utilise aussi cette méthode d’infra-monde dans son roman de fantasy urbaine Neverwhere. Il met en scène une ville qui existe dans la capitale anglaise, surnommée la Londres d’en-dessous. Un monde qui existe sans que personne ne soit au courant, où les clochards et les stations de métro sont autant de portes vers le surréel. Ce roman questionne alors la réalité des noms que l’on choisit, de ce qu’on pense être vrai et qui ne l’est pas. Des gens parlent aux rats, la station de métro Knightsbridge est en réalité un pont (= bridge). Mais le prix à payer pour faire partie de ce monde est cher : le héros, Richard Mayhew, cesse d’exister aux yeux du monde réel, le Londres d’en-haut.

À l’inverse des romans initiatiques, où le héros est souvent un enfant, dans le cas des infra-mondes et des réalité altérées, le héros, un adulte, garde le souvenir des aventures passées. Il peut être une personne banale ou avoir des pouvoirs qui le distinguent du commun des mortels. De plus, il n’est jamais question de fusionner les deux univers. Ainsi, dans Treize de Seth Patrick, le héros, Jonah Miller est capable de réveiller les morts un instant en les touchant du doigt. Mais ce faisant, il ouvre une porte permettant à une créature horrifique de pénétrer dans notre monde.

En cela, le personnage principal des univers à réalité altérée et des infra-mondes a souvent pour mission de maintenir l’équilibre entre les deux mondes, ou de disparaître en choisissant une réalité.

Rendez-vous dimanche prochain pour le dernier chapitre des Univers parallèles.

John meurt à la fin de David Wong
Bad Monkeys de Matt Ruff
La série des Thursday Next de Jasper Fforde
Neverwhere de Neil Gaiman
Treize de Seth Patrick

– See more at: http://www.dailymars.net/univers-paralleles-litterature-roman-initiatique/#sthash.kW77rOsk.dpuf

Partager