On a lu… Versipelle (T.1 – Hiver) de Bauthian et Ott

On a lu… Versipelle (T.1 – Hiver) de Bauthian et Ott

Note de l'auteur

Dans un univers médiéval viking, Isabelle Bauthian et Anne-Catherine Ott nous entraînent à la suite de Sigurd, l’enfant-loup, dans cette aventure en deux volumes.

Couv-Versipelle-1-WebL’histoire : Quelqu’un a tué Gunnulf, le sorcier, et lui a volé sa peau de loup, sa versipelle. Mais celui qui la porte sans savoir s’en servir ne déclenche que mort et destruction sur son passage. Se lance à sa recherche Sigurd, le fils de Gunnulf et d’une louve, accompagné de sa meute et de la jeune Randi qui parle aux esprits de la forêt.

Mon avis : Très belle BD dans les tons de bleus, au crayonné adroit et vif, ce premier tome nous emmène dans l’univers rude de l’hiver viking. Deux enfants, Randi et Sigurd, doivent se battre pour retrouver un meurtrier en cavale, tout en survivant dans un monde où ils ne sont pas les bienvenus. Sigurd parce qu’enfant capable de se changer en loup, Randi car la meute de Sigurd ne l’apprécie pas beaucoup.

BD très violente, bien qu’elle ait comme personnages principaux des adolescents, Versipelle ne s’adresse pas à ceux qui recherchent de la douceur et de l’amour. C’est l’affrontement entre deux natures, deux personnes. L’enfant-loup et l’homme qui aurait aimé l’être et a tué pour cela. Tous les deux trouveront d’étranges compagnes, et s’avéreront plus nuancés que prévu. Car comme d’habitude, de telles tragédies sont liées à la peur, et au besoin de se sentir plus fort, plus « homme ».

1901_P5Point pour autant de morale dans cette BD qui est celle d’une poursuite avant tout. Nous traversons des villages, des champs de cadavres, accompagnés par des traits vifs, hargneux. Les décors sont perdus dans la neige, pour des angles plus axés sur les corps qui se meurent ou se transforment, les visages qui passent de la témérité à la colère et la peur. Le vide des paysages est remplacé par l’ampleur des émotions, des hommes et des femmes qui cherchent à survivre dans une nature violente.

Bref, un très beau moment, poétique et prenant, où le monstre n’est pas le loup, le monstre est l’homme. Pourquoi continuer à blâmer l’animal, pour des méfaits qu’il n’a pas commis ? … parce que c’est trop facile de taper sur ce qui est différent. Un conte donc. Avec ses différents niveaux de lecture.

On attend le second et dernier tome avec impatience.

Si vous aimez : les hurlements de loups au milieu du blizzard.

Autour de la BD : La scénariste, Isabelle Bauthian, est aussi docteure en biologie. Il s’agit de sa deuxième série, en commun avec la dessinatrice Anne-Catherine Ott.

En accompagnement : Un steak tartare avec une pointe de Tabasco.

Extrait : « Non ! Ne prends pas la peau du versipelle ! Tu n’as pas le pouvoir de l’utiliser.
– C’est elle qui te donnait tes pouvoirs, maître-loup.
– C’est faux. Il faut être meneur de loup pour domestiquer la peau… Tu vas semer la terreur autour de toi ! »

Versip4

Sortie : le 24 mars 2016, éditions Akiléos, 64 pages, 14 euros.

 

Partager