• Home »
  • INTERVIEWS »
  • Le Visiteur du Futur : « Néo Versailles, une aventure à part entière » (François Descraques)
Le Visiteur du Futur : « Néo Versailles, une aventure à part entière » (François Descraques)

Le Visiteur du Futur : « Néo Versailles, une aventure à part entière » (François Descraques)

Dimanche 19 janvier sur Studio 4.0, le Visiteur du futur fait son grand retour sur la Toile. Un peu moins d’un an après la fin d’une saison 3 riche en rebondissements, le projet porté par François Descraques et sa bande part dans une nouvelle direction. Courte séance de questions/réponses avant le lancement d’un nouveau chapitre de la saga, baptisé Néo Versailles.

Daily Mars : Au moment d’imaginer la saison 4, quelles thématiques de fond se sont imposées ?

François Descraques : « J’avais envie d’aborder la question du pouvoir et de la célébrité. C’est aussi l’occasion de se plonger dans l’époque d’où vient le Visiteur, en 2250. J’ai eu envie d’étudier tout ça dans une histoire vraiment différente de ce qu’on a pu faire auparavant. C’est pour cela que l’on découvre l’univers de Néo Versailles, avec ses différents groupes et ses différentes couches sociales ».

D.M. : Lors de la présentation de ces nouveaux épisodes, tu as même parlé d’une sorte de spin-off…

F. D. : « Oui, parce que pour moi, Néo Versailles, en un sens, c’est plus une aventure à part entière avec les personnages du Visiteur du Futur qu’une histoire du Visiteur du Futur. Ca se retrouve d’ailleurs dans l’identité visuelle donnée à ses épisodes. Sur le travail des couleurs par exemple ».

François Descraques, lors d’un entretien réalisé pendant le tournage de la saison 4.

F.D. : « La première, c’est que l’on a pu tourner tous les épisodes d’un coup. Pendant cinq semaines, dans la région de Poitiers. C’est aussi la première fois que l’on tournait avec deux caméras. Pour ce qui est de l’histoire, la narration est cette fois éclatée en deux trames distinctes. Un petit peu comme ce qu’on a pu voir dans la saison 3 d’Hero Corp mais de manière plus modeste puisque dans ce cas précis, il y en avait au moins quatre, je crois. A côté de ça, je pense que le travail a été encore plus collaboratif cette année. Avec les autres membres de l’équipe, on travaille ensemble sur cet univers depuis un moment : je veux rester ouvert aux suggestions ».

ATTENTION SPOILERS : POUR LIRE CE PASSAGE, VOUS DEVEZ ÊTRE A JOUR SUR LA DIFFUSION.

D.M. : En fin d’année dernière, notre rédaction avait rencontré Justine Le Pottier (l’interprète de Judith, NDLR) : elle nous avait alors confié qu’elle aimerait bien retrouver prochainement toute la petite équipe du Visiteur. Tu y penses ?

F.D : « La saison 4 repose beaucoup sur la mort de Judith. Dans une série, quand il y a des bastons et de coups de feu, c’est sympa, mais si personne ne peut être blessé, l’action n’a plus aucun poids. Je pense que c’est important de prendre ça en compte. Dans le Visiteur, on peut voir des choses que l’on n’a pas l’habitude de trouver dans une websérie et c’est pour ça que le public a compris ce que l’on voulait faire. Humainement, c’est délicat mais je pense que Justine l’a bien compris. Et puis on a la chance de pouvoir la voir dans plusieurs projets différents du Visiteur ».

 

François Descraques et Simon Astier. Photo Anaïs Vacher

FIN DE L’ALERTE SPOILERS

D.M. : On imagine qu’aujourd’hui, avec le succès confirmé auprès de tout un public et la couverture médiatique, tu dois recevoir plus de sollicitations… comment le gères-tu ?

F.D. : « En fait, je me retrouve soit en face de gens qui comprennent ce que je fais, qui savent ce que j’ai déjà fait, soit face à des personnes avec qui ce n’est pas le cas. En général, lorsque cela arrive, ça ressort assez vite dans la discussion… La chance que j’ai, c’est que les choses évoluent par étape et que je croise des gens vraiment talentueux. Comme Simon ou Alexandre Astier, par exemple. Ca me montre surtout tout ce qu’il me reste encore à accomplir. Et ça oblige à rester humble ».

Le Visiteur du futur : Neo Versailles, diffusion de l’épisode 1 à partir de 18h sur Studio 4.0 dimanche 19 janvier.

Partager