West legends – T.1. Wyatt Earp’s last hunt de Peru et Lorusso

West legends – T.1. Wyatt Earp’s last hunt de Peru et Lorusso

Note de l'auteur

La moustache toujours frétillante, Wyatt Earp n’en reste pas moins un personnage « borderline ». Qui aime encore un peu la Justice mais surtout le sang. Il a quitté l’Arizona pour la Californie mais son goût pour la chasse à l’homme ne l’a pas quitté. Il nous plonge dans une enquête sanguinaire et vengeresse. « La rapidité, c’est bien, mais la précision, c’est tout », aimait-il à claironner. Pour le coup, il va lui falloir les deux qualités pour espérer survivre encore un peu…

L’histoire : O.K. Corral n’est plus qu’un vague mais tenace souvenir dans l’esprit de Wyatt Earp en cet hiver 1890. L’ex-marshall est bien décidé à faire fortune et se rend à Frisco à l’invitation de son vieux pote, Lucky Cullen, pour réaliser une affaire en or. Chasseur de tête, ce dernier a eu un petit moins de chance que son prénom ne l’indique et s’est fait cruellement assassiner. Earp va enquêter et tomber dans une machination démoniaque. Au point de s’y perdre totalement ?

Mon avis : cette nouvelle série de la maison Soleil fleure bon les plaines de l’Ouest américain, les héros autodidactes qui jalonnent l’histoire des États-Unis, ces quelques mythes fondateurs mi-ange, mi-démon qui ont forgé notre imaginaire collectif US. Des personnages réels entourés par tant de légendes qu’on en vient à se demander s’ils ont vraiment existé ou non. Dans les six rendez-vous proposés, on débute peut-être par le moins « célèbre » de ce club très sélect. Suivront en effet jusqu’en 2021 Billy the kid, Sitting bull, Buffalo Bill, Butch Cassidy et pour finir Wild Bill Hickock.

Mais évoquer Wyatt Earp, c’est surtout penser au règlement de compte d’O.K. Corral qui s’est déroulé le 26 octobre 1881 en Arizona à Tombstone, ça ne pouvait pas s’inventer, entre les frères Earp (Wyatt, Morgan et Virgil) associé à Doc Holliday contre un bande de scélérats. C’est devenu la plus célèbre des fusillades alors qu’il n’y eut pourtant que trois morts mais la conquête de l’Ouest a ses raisons que la raison ne connaît pas…

En l’espèce, on retrouve le héraut du respect de la loi qui a traqué et descendu une vingtaine de renégats suite aux blessures infligées à ses frangins. Là, il se lance dans une nouvelle quête mais ne peut s’empêcher d’en revenir à ses vieux démons. L’idée des auteurs semble être de faire découvrir l’homme derrière le mythe en lui inventant des aventures. C’est plutôt séduisant et aussi très bien écrit. Un scénario piégeux, bien fichu et qui nous amène pas forcément où le bon sens nous aurait conduit. La vraie limite, à mon sens, réside dans certains traits choisis notamment en fin d’album où on a la nette impression que le superhéros de chez Marvel, l’incroyable Hulk, a fait un petit featuring qui ne s’imposait pas.

Ceci mis de côté, c’est une bande dessinée rythmée et haletante qui nous est proposée. De bons débuts en attendant l’ado un brin revêche, Billy the kid, prévu pour mars 2020.

En accompagnement : O.K. Corral, 36e album de Lucky Luke par Morris, Eric Adam et Xavier Fauche.

Si vous aimez : Les légendes de l’Ouest, un film de Jeremiah Chechik qui relate l’histoire d’un gamin qui se retrouve au far-west dans une aventure improbable et qui reçoit l’aide de plusieurs légendes de l’Ouest.

Autour de la BD : habitué aux univers parallèle, Olivier Peru vient de sortir trois albums en cet automne finissant, c’est dire le côté prolixe du gaillard. On lui doit nombre de séries à succès (Zombies, La Guerre des orcs...). Son compère, l’Italien Giovanni Lorusso a notamment été apprécié sur la très bonne Médicis.

Extraits : « Bonjour Madame. Je suis un ami de Cullen et je… »

« On m’a prévenue  que des hommes tels que vous viendraient me voir pour tenter de profiter de la situation. Vous auriez au moins pu me laisser porter le deuil quelques jours. »

« Il doit y avoir un malentendu, Madame. »

« Mon mari est mort, je viens tout juste de l’enterrer. Alors, allez-vous en. Et s’il vous devait de l’argent, veuillez vous présenter avec des preuves de sa dette auprès de mon père. Il est notaire, il saura vous dédommager par voies légales. »

« Je viens de faire un long voyage. J’ignorais que Cullen avait perdu la vie. Toutes mes condoléances, Madame. »

 

Écrit par Peru
Dessiné par Lorusso
Édité par Soleil

Partager