Winter is Coming Con : chronologie d’un fiasco annoncé (2)

Winter is Coming Con : chronologie d’un fiasco annoncé (2)

interview-the-winter-is-coming-con-premiere-c-L-fWIGZgMercredi 12 mars, la nouvelle de l’annulation de la convention Winter is Coming, qui devait se dérouler à Carcassonne du 14 au 16 mars, est tombée. A deux jours de l’événement, des centaines de fans n’auront pas la chance de voir les stars de la série qu’ils étaient venus rencontrer. Suite et fin de cette douloureuse histoire dont vous pouvez lire la 1ère partie ici .

Quelques problèmes d’organisation

Pourtant, pendant toute la période de ventes des billets, des couacs se font entendre ici et là. Une annonce est faite courant janvier, expliquant que « pour des raisons de planning et de budget, notre 4e acteur est mis en stand by.”  Le même article mentionne qu’un tiers des billets a trouvé preneur. Approximativement, ça fait à peine une centaine de plus que depuis l’article de France 3 en octobre

Malgré ces quelques problèmes, les médias continuent de soutenir le projet. La radio Le Mouv’ se mobilise pour l’événement et annonce plusieurs émissions en direct sur place. Un journaliste de La Dépêche s’enflamme et parle de “buzz planétaire” pour cette convention. Le site du Midi Libre publie régulièrement des articles sur l’événement… Mais si  ces journalistes ont la chance de pouvoir relayer la mobilisation, tout le monde n’a pas accès aux organisateurs. Pour certains, joindre l’équipe semble même être mission impossible, comme le souligne la journaliste Elise Costa qui tente de les contacter à plusieurs reprises depuis la mi-février.

Du côté des fans aussi, ça commence à gronder. Le site officiel n’a pas été mis à jour depuis octobre et les réponses aux mails des fans se font attendre. Sur la page Facebook, l’organisation parle de “3 personnes à plein temps pour les traiter tous” et pourtant les fans ne reçoivent pas de réponses sur des incohérences d’organisation. Par exemple, certains Pass VIP, censés donner accès à des espaces privilégiés, sont en réalité déclarés ouvert à tous. Certains messages Facebook sont censurés, ce qui donne lieu à des “quiproquos rigolos” comme le constate Elise Costa.

Pourtant en apparence, l’organisation semble continuer son bout de chemin : tout est réservé, les animations prévues par des associations sont publiées sur la page Facebook (Captures d’écran , et ), apparemment des entreprises s’organisent aussi pour participer à l’événement. Etaient prévus au programme : une soirée jeux de société, un tournoi d’escrimes, une “Murder Party”, un banquet médiéval, un concert en complément des traditionnelles activités de conventions (photoshoot, panel, meet & greet…)

Capture d’écran Tweets
Et là, c’est le drame…

La suite, vous la connaissez. La rumeur commence à courir d’une annulation et TV Carcassonne est le premier média à la mentionner. D’après cette chaîne locale, suivie par Le Mouv qui confirme l’info quelques heures plus tard, l’annulation de la venue d’une des actrices la semaine dernière aurait déclenché une vague de demandes de remboursement, créant un déficit de financement que la société As An Event n’a pas réussi à combler. Il aurait manqué 60 000 euros au budget global de 230 000 euros. Elise Costa, elle, live-tweete les “off” de l’histoire. (1)

Cette annulation ne semble étonner qu’à moitié l’Office du Tourisme de Carcassonne. Un responsable confie au Figaro : « On avait des doutes. A quelques jours de l’évènement, ils n’avaient toujours pas demandé des autorisations pour le stationnement ou la mise en place de décors. On a les a bougés plusieurs fois, pour leur rappeler que les services techniques devaient être prévenus à l’avance ».

Pour annoncer la nouvelle aux fans, l’organisation choisit un message sur Facebook, et doit affronter leurs messages de colère (dont on vous a fait une capture quasi intégrale – cliquer sur l’image pour agrandir). Ce communiqué officiel est aujourd’hui repris  sur la page d’accueil du site.

Maxime Luitaud, l’un des organisateurs, se dit sous le choc

Devant l’avalanche de critiques suite au message annonçant la liquidation judiciaire et l’annulation, l’organisation, qui serait composée de 4 Lyonnais commence par supprimer les commentaires, continue en supprimant la page Facebook et finit par supprimer tout le contenu site. Est-ce pour se mieux se protéger ou par réaction de panique ? Nous n’avons pas la réponse, mais un des organisateurs avoue être sous le choc.

Contacté par nos soins, l’un des deux organisateurs Maxime Luitaud  nous parle avec défiance : “Je n’apprécie pas que les journalistes se ruent sur l’échec de cette convention, alors même que nous avons galéré des mois durant pour essayer de faire parler de nous, trouver des financements… Je ne suis officiellement rien pour la société As An Event. Je n’ai pas touché un centime pour les heures et les heures de travail que j’ai fourni, et maintenant je me retrouve avec des « fans » hystériques qui en veulent à ma vie pour quelques poignées d’euros.”

Quand nous lui expliquons que nous aimerions contacter sa collaboratrice Jennifer Colazo, mais qu’elle est injoignable, il nous confie qu’il n’arrive pas non plus à la joindre après nous avoir dit : “ Elle a mieux à faire en ce moment avec la liquidation judiciaire.”  D’après un message laissé sur la page « Remboursez nous la Winter Comic Con, elle aurait depuis pris la parole en appelant une des fans désabusées.

On lui demande si des activités auront toujours lieu, car il semble avoir été en lien avec les associations et autres bénévoles. Il nous répond : “Je ne sais pas s’il y a des choses qui seront maintenues. J’aimerais dire à toutes les assos avec qui j’ai travaillé que je suis mort de désespoir pour elles, pour le travail énorme qu’elles ont fourni pour rien. Leur dire de faire de ce travail quelque chose de bien, qu’on ne l’ait pas fait pour rien. Qu’ils ne l’aient pas fait pour rien. Mais je serais bien incapable moi-même de faire quoi que ce soit dans ces conditions. Mes forces m’ont quelque peu abandonné.”

Pendant ce temps-là, certains fans laissent éclater leur colère et leur incompréhension sur la page Remboursez nous Winter is Coming-Con en cherchant des recours juridiques. Pendant que d’autres tentent de faire contre mauvaise fortune bon coeur. Ne pouvant pas se faire rembourser les hôtels et transports, ils s’organisent tant bien que mal pour vivre un beau week-end à Carcassonne. La soirée de vendredi soir est sauvée, puisque la MJC a annoncé que son programme était maintenu, tout comme la soirée « Night of Thrones » au club Le 7.

Capture d’écran Dream of Spring Comic Con
Arnaque ou amateurisme ?

La question se pose, mais en l’absence d’éléments concrets pouvant prouver l’une ou l’autre théorie, on peut déjà se demander si l’événement n’était pas trop gros, trop alléchant, trop important pour des épaules si inexpérimentées.

Organiser une convention n’est pas une mince affaire, et ce n’est pas la première société en France à se casser les dents sur l’exercice. David Halphen était un des fondateurs d’Ultim’Art Convention. Dans une interview réalisée en juin 2013 pour le Daily Mars, il expliquait : “La plupart des organismes ont du mal à survivre, ça peut être facile d’équilibrer le budget mais c’est très difficile de dégager des bénéfices”. Entre le coût des comédiens qui peuvent demander jusqu’à 200 000 dollars chacun pour leur venue (dans le cas des stars de Twilight, quand même), le lieu, la sécurité et le reste, ce genre de projets peut rapidement voir le budget global exploser.

C’est probablement ce qui a mis à genoux les organisateurs : l’énormité du projet. Non seulement ils ont choisi de le faire loin d’une grosse agglomération, là où ce genre d’événements se déroule habituellement, mais ils avaient fait le choix de transformer le lieu en village médiéval pour garantir l’immersion des participants, et d’inclure de nombreux cadeaux créés spécialement pour l’occasion. L’organisation d’un tel événement, pour une entreprise dont c’est la première tentative, peut vite dépasser l’organisateur.

Maigre consolation pour les fans, les acteurs semblaient effectivement au courant de l’événement. Finn Jones a publié un message sur Twitter annonçant l’annulation de l’événement.

“En général, les conventions sont montées soit par des gens qui font du business, (…), soit par des fans eux mêmes” Les organisateurs d’As An Event se sont toujours présentés comme des fans de Game of Thrones, que ce soit dans Clique avec Mouloud Achour, ou dans les interviews données à droite et à gauche, mais comment ne pas douter quand on apprend sur l’Express qu’on a demandé à un journaliste qui voulait se faire accréditer pour la conférence de presse 30 €, ou quand la directrice Jennifer Colazo est injoignable depuis hier.

Au final les vrais perdants, dans cette histoire, ce sont les fans. Ceux qui ont payé bien sûr, puisque la société est placée en redressement judiciaire. Rien ne laisse penser qu’ils reverront un jour la couleur de leur argent. Mais bien au-delà, ce sont tous les fans français qui sont touchés. Après la fermeture de Spotlight Event et ce nouvel échec, l’avenir des conventions françaises montées par des fans est bien sombre.

(1) Des informations nous étant parvenues juste avant la publication de ce billet, nous reviendrons avec une idée plus précise du budget dans la journée.

Partager