• Home »
  • GAMES »
  • Xbox One Hôtel : la nouvelle Xbox et moi dans une chambre…
Xbox One Hôtel : la nouvelle Xbox et moi dans une chambre…

Xbox One Hôtel : la nouvelle Xbox et moi dans une chambre…

Un peu à l’image de son concurrent Playstation avec son #appartement4, Microsoft a décidé de présenter sa nouvelle console à la presse et aux blogueurs dans un cadre original. Pour se faire, ils ont carrément investi un grand hôtel et l’ont customisé aux couleurs de la marque… voilà comment est né le Xbox One Hôtel. Le concept : chaque jeu en exclusivité sur la Xbox One se voit réservé une chambre, redécorée pour l’occasion, où on vous enferme une demi heure pour vous donner le temps de vous faire la main sur le-dit jeu. Moi qui aime bien venir à l’hôtel en temps normal, j’avoue que le concept m’a plu. Maintenant, petites previews des jeux testés…

La chambre où j’ai bien transpiré…
Chambre Kinect Sports Rival

Atelier maquettes !

J’ai dû m’y remuer le popotin alors qu’une caméra me scrutait… c’est celle de Kinect Sports Rivals. KSR c’est l’éternel jeu de sport qui sort toujours en même temps que les accessoires de détection de mouvements, comme la Wii, l’ancien Kinect ou le PS Move en son temps. Un peu comme un moyen de montrer l’intérêt de l’accessoire, à savoir suer et avoir l’air ridicule (rires). Par contre, ce jour-là seule la version « Preseason » était disponible, pas de Bowling, Tennis, ou Escalade, ni Football, ni Tir… juste le Jet-Ski. Et le plus drôle, c’est qu’ils avaient choisis (exprès ?) une chambre avec un miroir géant… pour qu’on se voit gigoter comme un idiot certainement. Du coup c’est ce que j’ai fait, j’ai mimé la conduite d’un jet-ski, je me suis penchée pour tourner, j’ai crispé les poings pour accélérer, etc… épuisant ! Mais bon, ne pouvant pas décemment donner un avis sur un jeu tronqué, je dirais juste que malgré son faible intérêt ce jour-là, le titre a quand même rempli son office : je suis ressortie de la chambre Kinect Sports Rivals rouge jusqu’aux oreilles et pas mal essoufflée.

 

La chambre où j’ai crié…
Chambre Dead Rising 3

Kill Bill non ?

Et aussi tremblé, pleuré et sursauté… Dead Rising 3, vous avez deviné. Premier Dead Rising à sortir uniquement chez Xbox (les 2 premiers étaient aussi sortis sur PS3), c’est aussi et surtout le premier sur console de 8e génération. On s’attendait donc à un bond technologique… et il semblerait bien que ça soit le cas ! Les graphismes sont vraiment plus beaux, plus fins (on voit mieux les lambeaux de chaires putréfiées…) et plus aucun ralentissement, même lorsqu’on se retrouve face à une marée de zombies. Se retrouver totalement submergé par ces hordes décharnées et devoir se défendre avec tout ce qui passe sous la main, ça a toujours était l’intérêt premier du soft et ça occasionne même parfois des fous rires. Dans DR3, non seulement on a gardé ses petites habitudes de petite chochotte (comme celle de serrer les fesses à mort quand votre dernière arme est sur le point de se briser) et en plus, on a accès à une nouvelle fonction plutôt marrante. En plus de pouvoir combiner les armes, on peut désormais aussi combiner les véhicules… bienvenue dans Mad Max ! En 30 minutes, j’ai à peine eu le temps d’en profiter (snif), mais j’avais quand même bien les mains qui tremblaient en sortant de la chambre Dead Rising 3.

 

La chambre où j’ai attrapé des courbatures…
Chambre Ryse Son of Rome

Un peu chargé non ?

Ainsi que quelques bleus… c’est celle de Ryse : Son of Rome. En fait, j’avais déjà eu l’occasion de tester très rapidement le soft au Paris Game Week… mais j’en voulais encore ! Et bien j’ai été servie, puisque la version disponible était presque aussi ‘généreuse’ que la décoration du lieu : 5 chapitres débloqués, soit largement plus que le faible temps qu’il m’était imparti pour en profiter malheureusement. Ce que je peux dire du titre c’est que son petit goût de God of War et son contexte très réaliste sont sublimés par des graphismes impressionnants. Le gameplay se prend très facilement en main et on se retrouve très vite en train de couper les têtes ou de transpercer les tripes de ceux qui oseront vous croiser. Les QTE (Quick Time Events) sont remplacés par des ‘combos colorées’ : que ce soit hors ou en combat, quand quelque chose sur-brille en jaune, bleu, rouge ou vert, il suffit d’appuyer sur la touche correspondante. Réussir ces enchaînements entraîne des attaques d’une violence inouïe, un peu comme dans le film 300 ou la série Spartacus… jouissif ! Autant vous dire que j’étais un peu « chaude bouillante » en sortant de la chambre Ryse : Son of Rome.

 

La chambre où mon instinct animal a refait surface…
Chambre Killer Instinct

Classe quand même !

Celle où j’ai senti mon côté sauvage et insoumise remonter… Killer Instinct ! Ce jeu de baston à un concept pour le moins intéressant : vous téléchargez le jeu gratuitement, mais avec un seul personnage sélectionnable. Vous pouvez y jouer en solo, en versus avec vos amis ou la console et si vous aimez, vous pourrez acheter de nouveaux guerriers, à l’unité ou par lot. Et autant je suis la première à râler contre les DLC et autres contenus additionnels parfois inutiles et hors de prix, mais là vous avez un jeu de baston très classe que vous ne payez que si vous aimez. Et même le pack complet des 8 guerriers c’est 20€… 20€ ça semble cher pour un DLC, mais pour un jeu de combat next gen c’est plus que raisonnable. Alors d’accord 8 combattants c’est peu, mais je mettrais ma patte à couper que Double Helix Games va vite nous proposer d’autres personnages… Alors ne rangez pas votre CB tout de suite. En tout cas, moi, ce jour là, même si je reconnais la beauté des graphismes et la maniabilité familière, j’ai probablement passé plus de temps à caresser le beau couvre-lit en fourrure qu’à faire des matches de jumeaux (rappelez-vous : un seul perso !) avec l’IA… du coup je suis ressortie toutes griffes dehors de la chambre Killer Instinct.

 

Et alors ?

On m’a aussi parlé d’une chambre Zoo Tycoon et une autre Forza Motorsport 5, mais je n’y ai pas eu accès, donc je ne pourrais pas vous en dire grand chose (mea culpa, je suis arrivé en retard). En même temps, la matinée que j’ai vécu a déjà été plutôt intense, alors c’est peut-être pas plus mal. En reprenant tout ce que j’ai vu au Paris Games Week et ici, au Xbox One Hôtel, je dirais que la nouvelle console de salon de Microsoft semble pour le moment tenir ses promesses techniques. Les jeux que j’ai pu voir tourner sont très beaux et promettent un immersion encore plus forte. Cependant, j’émets quelques doutes quand au nouveau Kinect, probablement plus ‘fin’ que la version Xbox 360, mais toujours aussi peu utile aux gros gamers comme moi (moi je joue assise avec une manette en main, voilà !). Alors si vous êtes comme moi, vous aurez probablement envie d’acquérir la « grosse bête au X » pour ses jeux en exclusivité. Personnellement, si j’avais 500€ de trop, je la prendrais déjà juste pour Ryse : Son of Rome et Dead Rising 3, en priant pour que d’autres jeux à venir valideront ce gros investissement. Oui, je sais… je suis irrécupérable !

 

Partager