Boo ! Greedy Kid : excès de vieillesse

Boo ! Greedy Kid : excès de vieillesse

Note de l'auteur

Parfois, on a besoin d’un petit truc bien crétin pour se vider la tête et repasser sur un gros projet. Dès le premier écran, Boo! Greedy Kid met le joueur dans les meilleures conditions : « Ceci est un jeu stupide, merci d’éduquer les vrais enfants à être de bonnes personnes ». Au-delà du message parental qui demande trop d’effort pour être respecté, dans Boo! Greedy Kid, on est loin d’être le bambin sage que les parents rêvent d’avoir.

Tout le jeu est synthétisé dans les premières secondes du jeu, permettant de constater la stupidité du concept. Vous dirigez un jeune garçon dans une maison de retraite, dont le grand-père refuse de vous donner des sous pour acheter un soda. Le garnement balance un cri strident dans le dos de son aîné et celui-ci passe l’arme à gauche, affalé sur son fauteuil, laissant tomber quelques piécettes que le garçon s’empresse de récupérer. Voilà le but du jeu : faire peur à des vieux pour qu’ils s’écroulent d’une crise cardiaque afin de piquer leurs thunes avant de vous enfuir lâchement vers le niveau suivant.

Dans les faits, les 99 niveaux s’enchaînent très rapidement, portant la durée de vie à pas plus de deux-trois heures. Chaque niveau est noté par l’argent récolté et la rapidité d’exécution, sachant qu’un PNJ vous fonçant dessus vous fait perdre un point de vie et un peu de votre pactole (les vieux sont plus difficiles à faire craquer que les vieilles, allez comprendre pourquoi !). Votre personnage a donc trois actions disponibles : le fameux cri miracle, une roulade pour esquiver n’importe quelle attaque et un bouton pour… montrer ses fesses. Un troll absolument inutile, mais qui permet de profiter de l’excellente animation des personnages, tous plus rigolos les uns que les autres. Notez que vous avez aussi la possibilité de vous planquer à certains endroits pour attendre que le calme revienne.

Au fur et à mesure de la progression, le jeu se fera plus compliqué, en faisant débarquer des policiers balançant quelques coups de tasers ou des infirmiers zélés s’empressant d’aller ranimer vos pauvres victimes. Tout ceci tourne au grand n’importe quoi lorsque des forces spéciales débouleront dans les niveaux, tirant carrément sur le voyou que vous êtes, mais ce n’est rien face au Robocop en herbe, qui blastera le gamin à l’aide de son gros calibre, repeignant les couloirs de l’hospice pour l’occasion. Vous l’aurez compris (et ils nous avaient prévenus), ce jeu est stupide.

Mais est-ce que le jeu est bien ? Dans le principe, ça se prend en main très simplement, et on s’amuse sur les premiers niveaux, enchaînant rapidement les étages avant de rouler-bouler vers l’ascenseur de sortie, les biffetons en poche. Dans la pratique, le titre n’a absolument pas la prétention de révolutionner quoi que ce soit, et c’est bien dommage. En résulte un sentiment de répétitivité extrême, qui pointe le bout de son nez sur le niveau 50 quand il en reste 50 autres à se farcir. Le jeu n’évolue jamais d’un iota, se contentant d’amener des ennemis plus compliqués à contourner et des situations plus délicates. Mais rien n’est donné au joueur pour diversifier son approche, et on se contente de rouler dans tous les sens, en priant pour que les déplacements aléatoires des personnages ne vous bloquent pas le chemin. Il faut ajouter à cela une musique unique pour tout le jeu, qui donnera de l’urticaire à n’importe qui au bout de la 85ème boucle musicale.

Le titre de Flying Oak Games est probablement une récréation pour les développeurs de Neurovoider, un petit jeu à 5 euros qui ne paye pas de mine, et qui permet surtout d’avoir un titre graphiquement très mignon et réussi dans le genre. Maintenant, ça n’excuse pas le manque de diversité du jeu, qui enquille 99 niveaux tous identiques dans l’approche et la manière de les résoudre, ce qui ne donne pas forcément envie de s’y investir, même si la durée de vie reste courte. Boo! Greedy Kid restera le seul jeu avec une touche pour montrer ses fesses, et ça suffit déjà pour le rendre unique, sans pour autant soulever les foules.

Boo! Greedy Kid
Développeur : Flying Oak Games
Prix : 5 euros
Plate-formes : PC / MAC

Partager