#Critique Alto plano – T.1 Colombie de Corbeyran, Postec et Brahy

#Critique Alto plano – T.1 Colombie de Corbeyran, Postec et Brahy

Note de l'auteur

Vous n’aurez plus forcément envie de vous jeter un petit noir de la même façon après avoir lu Colombie. L’envers du décor, cela peut donner quelques vertiges. Ici, le café et sa production ne sont qu’une marchandise. Et le profit, un fil conducteur pas si ténu chez certains. What else?

L’histoire : Albane Laroche est un nez d’exception. Elle exerce dans le monde du parfum mais en a assez de voir ses projets innovants retoqués. C’est alors qu’elle épouse les idéaux d’Ethic café, une société qui promeut le commerce équitable. À elle de constituer des nectars absolus à travers le monde. Sauf que ses pérégrinations lui permettraient de souscrire au hastag « balance ton porc » et que son patron semble à des années-lumière de toute forme d’éthique.

Mon avis : Avec Corbeyran, on sait que l’on ne va pas souvent être déçu en matière d’armatures de scénario. Alto plano n’échappe pas à la règle. On découvre par le menu ce qu’il y a derrière le café qui sort du percolateur. Avant de le savourer, on en apprend plus sur une filière qui a ses secrets. Des champs de caféiers et leur savoir-faire aux courtiers avides et sans scrupules de la bourse. De la naissance des grands crus aux bassesses de la concurrence, des belles idées aux moches manœuvres, on voyage de Colombie au Brésil en passant par le Costa Rica.

Cela nous permet de découvrir un nouveau continent, mais la trame humaine n’est pas oubliée. Elle est bien dans l’air du temps avec un exemple de violence faite à une femme qu’un contremaître pensait pouvoir posséder. Ou par le fourvoiement d’un patron qui veut jouer dans l’équitable mais qui bafoue tous ses principes pour l’appât du gain. Jusqu’aux petits producteurs qui essaient de rester droits dans un monde trouble.

Ce premier tome d’une série de trois pose remarquablement les bases d’un thriller équitable où tous les acteurs ne le sont pas franchement. Garçon, la même chose, s’il vous plaît.

En accompagnement : une tasse d’Aguadas du Rainforest Group, considéré comme le meilleur café du monde. Il est cultivé dans la Cordillère des Andes.

Si vous aimez : le documentaire Expresso présenté par l’Université virtuelle environnement et développement durable (UVED).

Autour de la BD : Corbeyran est dans la droite lignée de ses très bons Châteaux Bordeaux et Cognac. Vanessa Postec nous offre là son premier scénario. Luc Brahy est un fidèle de Corbeyran avec qui il a collaboré à plusieurs reprises (Imago mundi, Climax…)

Extraits : « Alors qu’en pensez-vous ? »

« Écoutez, je n’y connais pas grand-chose… »

« Mais vous savez mettre des mots sur vos sensations… »

« Je dirais que ce café possède un côté brûlé légèrement prononcé… Comme s’il avait été trop torréfié… »

« L’acidité de celui-ci envahit le palais d’emblée… Ce qui en fait toute la qualité… »

« Celui-ci a de la rondeur en bouche. Ses saveurs de base sont remarquablement bien équilibrées. »

« Félicitations. Votre banque d’odeurs personnelle est bien garnie. »

Écrit par Corbeyran et Vanessa Postec
Dessiné par Luc Brahy
Édité par Delcourt

Partager