Critique de Louder Than Bombs (Festival de Cannes 2015)

Critique de Louder Than Bombs (Festival de Cannes 2015)

Note de l'auteur

thumb-1Premier film vu en compétition officielle, Louder than Bombs, troisième long métrage du réalisateur d’Oslo 31 août, Joachim Trier promet une belle expérience de cinéma et affiche un casting assez vendeur.

Synopsis : La préparation d’une exposition consacrée à la célèbre photographe Isabelle Reed, trois ans après sa mort inattendue, amène son mari et ses deux fils à se réunir dans la maison familiale. Refait alors surface un secret qui plonge leurs vies apparemment calmes dans le chaos.

Louder than bombs est un film profondément poétique et juste, tant dans l’interprétation de ses comédiens que dans la thématique de deuil abordée. C’est avec délicatesse que Joachim Trier nous intègre à cette famille blessée et qu’il nous fait prendre les différents points de vue de figures masculines (deux frères et leur père). Il est question ici d’une grande difficulté de communication de la part des personnages (solitude de l’adolescence, du nouveau parent, etc.).

L ‘écriture donne lieu à des dialogues émouvants, envolés, d’une poésie folle. Passant du contemplatif à l’émotion retenue, le réalisateur signe une film rempli d’amour et de sensibilité. La musique, élément primordial du film, renforce une esthétique planante et provoque chez nous une hypnose assez formidable.

Les personnages sont attachants et d’une véracité assez rare, habités par des comédiens hors du commun. Il n’est pas aisé d’allier ces différentes « tranches de vie » mais c’est une vraie réussite. Malgré un rythme assez lent, on s’immerge et on s’émeut devant tant de franchise cinématographique. C’est un film intelligent, beau et délicat.

Première vraie satisfaction cannoise donc.

thumb-2

Louder Than Bombs réalisé par Joachim Trier, Norvège France Danemark, (01h49), avec Jesse Eisenberg, Gabriel Byrne et Isabelle Huppert.

Partager