On a lu…L’étrange vie de Nobody Owens de P. Craig Russell et neil Gaiman

On a lu…L’étrange vie de Nobody Owens de P. Craig Russell et neil Gaiman

Note de l'auteur

11018635_416934741807022_2279256147624958776_nPoésie macabre et conte fantastique pour terminer la semaine avec l’adaptation d’un roman de Neil Gaiman par P. Craig Russell. Un exercice pas forcément évident que le scénariste réussi à accomplir haut la main.

S’ouvrant sur l’image d’un couteau ensanglanté et d’une description qui enchante les oreilles par la beauté des mots et terrifie l’esprit par la réalité de l’objet et de son action, L’étrange Vie de Nobody Owens raconte la vie d’un jeune garçon qui, alors qu’il était un jeune bébé, réussi à échapper aux griffes d’un tueur ayant décimé sa famille. Recueilli par un couple de fantôme (les Owens), il obtiendra la protection du cimetière et vivra parmi les habitants de l’au-delà. Avec un vampire comme tuteur et des spectres comme parents adoptifs, le jeune Nobody vivra une vie bien différente de celle des enfants de son age.

Peut-être plus qu’au cinéma, l’adaptation d’un roman en bande dessinée, est un exercice difficile. Outre les problèmes inhérents à toute adaptation, la tentation de trop s’appuyer et utiliser le texte d’origine est bien grande. Trop souvent a t-on lu des adaptations qui ressemblait plus à des livres illustrés qu’a une véritable bande dessiné avec ce que cela implique en terme de langage spécifique et de construction du récit à l’aide des outils disponibles dans cet art. L’exercice est d’autant plus difficile ici qu’on adapte une œuvre de ce magicien des mots qu’est Neil Gaiman. Scénariste proche de l’auteur, P. Craig Russell réussi toutefois l’exploit de ne pas tomber dans le piège du roman illustré et offre une véritable BD où si le texte garde une grande importance il sert à mettre en valeur un très beau dessin et vice-versa.

Graveyard-Book-2-1024x999Divisée en plusieurs chapitres nous contant des grands moments de la vie de Nobody, l’œuvre se veut un véritable roman initiatique d’une poésie et d’une tendresse déstabilisante de par la nature des personnages concernés. Élevé en dehors de la société des humains, Nobody apparaît comme un être bien à part. Curieux, intelligent, courageux et d’une grande gentillesse, il fera montre de toutes ces capacités dans ses différentes aventures. Comme le met en évidence le deuxième chapitre, Nobody est une sorte de Peter Pan, un garçon vivant dans un lieu où il ne semble pas grandir, ou si peu. Toutefois il n’est pas un ange et ses histoires se révèle également cruelle, horrifique et dénote d’une certaine morale pas forcément désagréable.

Accompagnée de plusieurs dessinateurs (parmi eux Jill Thompson dont le Scary Godmother rappelle par bien des aspect l’adaptation de Gaiman), P. Craig Russell s’amuse à jouer sur tous les registres. Le scénariste passe de l’horreur (l’ouverture de l’histoire avec le personnage de Jack est une merveille) à la poésie macabre la plus magnifique qui soit. Le dernier chapitre, Dance Macabre, nous donne ainsi l’occasion d’assister à un rituel d’autant plus beau de par sa rareté et sa façon de rappeler que morts et vivants sont plus proche que ce que l’on croit.

Merveilleux conte mettant en scène une galerie de personnage fascinant et touchant (avec en premier lieu le charismatique et tragique vampire Silas), L’étrange vie de Nobody Owens est une lecture des plus agréable. Prévue en deux volume, la suite des aventures du jeune garçon arriveront à la fin de l’année. On sera au rendez-vous

L’étrange Vie de Nobody Owens – Volume 1 (Contrebande, Delcourt, HarperCollins Children’s Books) comprends les numéros US de The Graveyard – Volume 1

Ecrit par P. Craig Russell d’après le roman de Neil Gaiman

Dessiné par P. Craig Russell, Tony Harris, Scott Hampton, Galen Showman, Jill Thompson et Stephen B.Scott

Prix : 19,99 €

Partager