GÉRARDMER CONTRE LE DOCTEUR NO : JOUR 1

GÉRARDMER CONTRE LE DOCTEUR NO : JOUR 1

620x200-jour-01

Les Vosges… Ses forêts luxuriantes magnifiées par une sublime neige cristalline de sa race qu’elle est belle… Son froid frigorifique glacial… Sa neige… Ses sympathiques ploucs, enfin habitants à l’accent fleuri… Sa neige… Sa bête des Vosges légendaire. Sa neige… Ses loups… Sa neige… Ses ours… Sa neige… Ses rhinocéros laineux… Sa neige… Gérardmer. Sa neige Sa neige partout…Et son festival de films qui font peur (ou hurler de rire, y a aussi JUPITER MACHIN des Wachoskette’s au programme!).

 

Boujooooooooour et bienvenue dans les Vosges!

Boujooooooooour et bienvenue dans les Vosges!

Le jury au complet et la légendaire science du cadrage du Dr No!

Par un improbable concours de concours de circonstance le Dr No moi-même-qui-aime-parler-à-la-troisième-personne s’est retrouvé embarqué dans le jury Syfy© et le TGV direction les Vosges (pays d’origine du Dr, Eloyes for ever!) avec une brochettes de fous furieux du monde digitalo-virtuel de l’interweb!
Le Docteur va suivre et vous faire partager ses découvertes (mais pas la sélection officielle, devoir de réserve oblige, c’est juste trop la classe de dire ça bordel!!!) tout aux long de ce marathon horrifico-mongolo (mongolo c’est pour l’invraisemblable TUSK à Kevin Smith).

 

C'est beau Gérardmern non?

C’est beau Gérardmern non?

La foule se bouscule pour le film d'ouverture!

La foule se bouscule pour le film d’ouverture!

MERCREDI. PREMIER JOUR

La neige. Déjà. C’est dans l’inénarrable hôtel «Les Marmottes», cher à Bill Muray que le jury Syfy© (mention obligatoire sous peine de lynchage populaire et de retour manu militari à la capitale) a débarqué en espérant ne pas avoir à revivre cette journée indéfiniment.
Après un briefing avec ses chaperons tyranniques, le jury Syfy© (mais non c’est pas du placement de marque nan mais qu’est-ce que allez imaginez) s’est rendu au chatoyant Espace Lac, le centre de convention du coin, échoué majestueusement au bord du lac, pour une cérémonie d’ouverture 100 000 000 000 % pittoresque. Avec déferlement de discours hypnotiques (coucou l’héroïque fantâsie, les références nietzschéennes à deux balles et l’amateurisme flamboyant permanent) d’édiles locales pétrifiés par le froid et l’alcool de mirabelle et film d’ouverture très intriguant!

MACHINA-01EX-MACHINA, de l’anglais Alex Garland, scénariste de Danny Boyle sur SUNSHINE et 28 JOURS PLUS TARD et aussi de l’étonnant DREDD, celui avec Karl Urban. Un film en compétition donc interdiction formelle d’en parler sous peine de bûcher ou pire de visionnage forcé de l’intégral de la série Z NATION.

 

Le Dr No est plus plus fort que la mort…

Le Dr No est plus plus fort que la mort…

Ensuite, après une attente en plein blizzard foudroyant (à congeler un Docteur sur place) qui ressemblait fortement à un supplice dantesque, direction une obscure salle des fêtes paumée pour un cocktail dinatoire aussi assourdissant que délicieux. Et après quelques dizaines de bouteilles de savoureux pinot blanc le bon docteur s’en est retourner en zig zaguant dans sa chambre en espérant bien ne pas écouter le tube de Sony & Cher au réveil. Histoire d’être d’attaque pour un jeudi studieux et, espérons-le hautement alcoolisé, parce que les festivals, bordel de vosgien qui dit « môôn » et qui dit « vinte », ça serre essentiellement à pulvériser l’espérance de vie de son foie.

Et Alexandre Aja, membre du jury officiel, n’a toujours pas lu ma review de Horns.
Jusqu’ici tout va bien

Sinon il neige…

Partager