Japan Expo 2015 – Jour 3 : De la musique, du jeu vidéo et Sadamoto

Japan Expo 2015 – Jour 3 : De la musique, du jeu vidéo et Sadamoto

IMG_5321En ce jour 3, je ne vous le cache pas, la fatigue commence réellement à se manifester et la moiteur de l’air n’arrange toujours pas les choses. Début du week-end oblige, la Japan a fait le plein de visiteurs aujourd’hui et qui dit plus de personnes, dit aussi plus de cosplays improbables et au goût parfois douteux. Car oui, s’habiller en écolière avec la panoplie minijupe, bas et perruque rose fluo quand on a passé la soixantaine, ça peut paraître assez douteux… Mais bon, c’est aussi ça la Japan Expo ! Bon allez, suivez-moi, on est repartis.

 

La journée a entièrement été rythmée par des conférences et de présentations. Thème de la première d’entre elles : la bande originale de jeux vidéo et d’animes. Pour mener cet entretien, deux connaisseurs : les compositeurs Keiichi Itô (Code Geass, Fullmetal Alchemist) et Kaoru Wada (Ninja Scroll) qui ont transmis au public leur amour pour les BO ainsi que leur grande importance. Si on peut considérer ça comme une entrée, le plat de résistance est pour le moins copieux. Une fois n’est pas coutume, j’ai consacré une grosse partie de mon après-midi aux jeux vidéo avec pas moins de deux grosses présentations d’éditeurs.

 

IMG_5323A ma gauche, Bandai Namco, qui est un peu le patron de la convention avec chaque année un stand XXL et à ma droite, Square Enix et sa poule aux œufs d’or, la cultissime saga Final Fantasy. On a eu droit à un défilé de guests ayant participé aux développements des jeux présentés et autant dire que les annonces ont ravi pas mal de fans. De son côté, Bandai Namco joue la carte licences à fond puisque, cet automne, débarquera côté RPG, Sword Art Online – Lost Song et Tales of Zestina et côté adaptation, One Piece – Pirate Warriors 3 et Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm 4 (ce titre est improbable). Le public est ravi et l’éditeur assuré de vendre un bon paquet de jeux. Mission accomplie.

 

Pas rassasiés ? OK, on enchaîne ! C’est au tour de Square Enix de balancer du lourd et quoi de plus lourd dans leur écurie que Final Fantasy. Bien que le quatorzième du nom soit déjà sorti, l’opération était ici de promouvoir une toute nouvelle extension intitulée Heavensward. Comme à son habitude, la firme chérit son petit bébé et lui offre une tribune incroyable. Le trailer s’avère presque être un court-métrage de 5 ou 6 minutes et bien qu’on ait rien compris à l’intrigue, ça a sacrément de la gueule. On reste plus ou moins dans le même genre avec la seconde annonce autour de Dragon Quest Heroes présenté par le créateur même de la licence, Yuji Horii. Pour finir, l’éditeur fait un bon dans le temps en termes d’ambiance, en nous projetant en 2029, avec Deus Ex Mankind Divided, aux cinématiques hallucinantes. Une fois de plus, le public est conquis, carton plein pour l’éditeur.

 

IMG_5325Pour ma part, ce que j’attendais le plus de cette journée avait lieu sur une bien plus petite scène mais avec un véritable géant nommé Yoshiyuki Sadamoto. L’auteur du mythique Neon Genesis Evangelion, l’un des invités d’honneur de cette édition 2015, nous a fait l’immense plaisir de répondre à des questions pendant une bonne heure et demie. Il est notamment revenu sur la fin du manga ainsi que son rôle dans la création de Nadia, Le Secret de l’eau bleue et Evangelion. De la création des Eva et leur influence venant du folklore japonais à l’anecdote comme quoi à l’origine, tous les personnages devaient avoir les cheveux noirs, le mangaka a dévoilé certaines parts d’ombre de son titre le plus célèbre. Un moment assez magique durant lequel le fan adulte d’aujourd’hui rencontre l’enfant qu’il était à l’époque de découvrir ce monument du manga et de la japanimation.

 

Enfin pour terminer cette journée, j’ai eu droit à un entretien fort intéressant avec Carole Bartier et Saïd Sassine, les auteurs de Shôchû on the Rocks (critique du premier tome, ici). Mais je suis sûr que ce que vous vous demandez, ce que vous attendez depuis le début de ce compte-rendu, c’est de savoir si j’ai pu manger… ?! Eh bien, rassurez-vous, oui et à une heure raisonnable en plus ! Pour tout vous dire, j’en avais marre du jambon-beurre, j’ai donc opté pour d’excellents onigiris. Voilà, ça me semblait important de partager cette information avec vous. Ou peut-être est-ce la fatigue et la chaleur qui me font délirer et écrire n’importe quoi… Allez savoir ?! Courage, plus qu’un jour !

Récap de la 1ère journée 

Récap de la 2e journée

Partager