Mad About Max (Critique de Mad Max Fury Road)

Mad About Max (Critique de Mad Max Fury Road)

Note de l'auteur

mad-max-fury-road-poster-art-collection-from-poster-posse

Accrochez votre ceinture, Mad Max Fury Road est une tuerie d’adrénaline. Ne laissons aucun suspense quant à l’issue de cet article et soyons honnête : ce film est tout bonnement formidable.

Mais quelles sont les raisons d’un tel enthousiasme ?

FURY ROADTout d’abord reconnaissons la nervosité de cette réalisation aux (très) très nombreux plans. Le rythme est tout bonnement parfait, pas une seconde d’ennui dans cette course poursuite pleine de rebondissements. Son montage très (très) cut fait de lui une fusée qui file sous nos yeux à toute vitesse. C’est le genre de divertissement qui vous donne l’impression d’avoir été branché à une source de courant, vous laissant sous tension pendant plus de 2h.
Visuellement le contrat est bien plus que rempli, les couleurs sont magnifiques : des rouges sanglants, sablés, de magnifiques ciels bleus étoilés. Les cadrages sont toujours étudiés à la perfection, mettant constamment en valeur les acteurs. Ces derniers sont excellents, on soulignera la magnifique voix de Tom Hardy qui résonne comme venue d’un autre monde, les regards profonds de Charlize Theron et la folie du jeune Nicholas Hoult.
La présence de Hugh Keays-Byrne, alias Toecutter du Mad Max de 1979, dans le rôle du big bad guy fonctionne à la perfection et provoque un dégoût qui vous donnera des nausées (coucou les grosses pustules) et des cauchemars (salut la tête de psychopathe) jusqu’à la fin de vos jours.Immortan Joe

Concernant les personnages en tant que tels : DIEU qu’il est bon de regarder un film avec des rôles féminins bien écrits et qui ne sont pas juste là pour faire « joli ». Merci à toi Georgie de faire d’Imperator Furiosa un personnage bien plus central que Max (que l’on connait et aime déjà). En Jane MacClane que je suis, je ne peux que valider à 1000 % la présence de tous ces femmes badass. Mad Max Fury Road est la preuve qu’il est possible d’avoir un vagin et de défoncer sa race dans un film d’action.
Max, quant à lui, intéresse par ses silences, sa folie tourmentée et son peu de dialogues bien placés. Il est resplendissant en homme perdu et torturé.

cdn.indiewire-1On reconnaitra également la qualité de la direction artistique, cette dernière permet de mettre en place un univers riche auquel on n’a aucun mal à croire. Costumes, maquillages, cicatrices, tatouages, l’arène nous aspire pour ne plus laisser repartir.

Mad Max Fury Road est un film qui assume son genre et n’a pas peur d’aller jusqu’au bout en choquant son spectateur, sans jamais tomber dans la facilité (en étant trop cracra par exemple). Le contrat est parfaitement rempli : voitures, motos, camions, sable, sang et explosions nous en mettent plein la vue. C’est un film qui sait utiliser l’univers de la marque et la renouveller pour créer un divertissement formidable qui en met plein les mirettes.

Comme quoi, on peut faire des films d’animation avec des pingouins qui font des claquettes et enchaîner avec la réalisation la plus badass de l’année, et ça, c’est quand même fascinant.

 

En salles depuis le 14 mai
2015. Australie/USA. Réalisé par George Miller. Avec Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult…

 


Mad Max Fury Road : bande-annonce officielle 2… par inthefame

 

Partager