MOVIE MINI REVIEW : critique de La tribu des fourmis

MOVIE MINI REVIEW : critique de La tribu des fourmis

Note de l'auteur

TRIBU-FOURMIS

 

 

 

Où qu’elle soit, la jeunesse contemporaine galère sa race… Comme une génération sacrifiée sur l’autel d’une économie mondialisée qui n’a d’yeux que pour le superluxe et les produits de bases fabriqués à la chaine par des esclaves modernes. Et la Chine, cette gigantesque usine du monde, n’échappe pas à ce phénomène. Dans la banlieue de Pékin, mégapole lancée à tombeau ouvert sur l’autoroute du capitalisme sauvage et déshumanisé, une armée de jeunes surdiplomés sans emploi fourmille et survit dans des quartiers insalubres, comme venus du tréfonds des temps. On les surnomme ironiquement la tribu des fourmis… Yang Huilong suit le parcours chaotique de trois jeunes plein d’espoir errant entre la vétusté spectaculaire du village de Tang Jialing et la modernité insolente de Pékin, véritable paradis artificiel tout droit sorti d’un film de S-F.
Tourné à la manière d’un documentaire, avec une pudeur et une simplicité étourdissantes, La tribu des fourmis dresse le portrait d’une jeunesse universelle, cultivées et idéaliste devant affronter le terrible mur de la réalité. Et une société brutale en perpétuelle mutations ne sachant que faire de ses enfants en surnombre…
Collé au plus près de ses trois protagonistes, Yang Huilong, qui a connu lui-même l’enfer de ces ghettos, fuit toute forme de misérabilisme. Ce sont nos cousins. Avec les mêmes espoirs, les mêmes ambitions émancipatrices, avec la même recherche acharnée d’un bonheur vendu comme légitime par une société humaine concentrationnaire et urbanisée à l’extrême. Les différences culturelles ont disparu. Le monde n’est plus qu’un gigantesque marché unique avec les même icônes imbéciles et photoshoppées comme divinités modernes…
Yang Huilong ne dénonce rien. La tribu des fourmis n’est pas un brulôt anticapitaliste, du moins en apparence. C’est la simplicité de ce survival social, cette résignation poignante, cette soif de vie quoi qu’il arrive qui rend ce film dérangeant et bouleversant. Comme un conte intemporel et universel. Humain et cruel, comme la vie…

En salles depuis le 6 mai
2014. Chine. Réalisé par Yang Huilong. Avec Kailin Tang, Daotie Wang, Shu Yao…

 


Bande-annonce : La Tribu des Fourmis – VOST par PremiereFR

 

Partager