MOVIE MINI REVIEW  : critique de Snow Therapy

MOVIE MINI REVIEW : critique de Snow Therapy

Note de l'auteur

SNOW-THERAPY

 

 

 

Alors Tomas? Tu préfères sauver qui en cas de catastrophe? Ta femme, tes gosses ou ton smartphone? Ton smartphone??? Ben t’as intérêt à ce que ta famille crêve parce que sinon ça risque d’être un peu la fête à la maison mon gars!
Les Alpes. Majestueuses. Écrasantes… Étourdissantes de pureté et de puissance ravageuse. Une famille de bobo suédois se paye une semaine de ski. Et c’est l’incident. Attablée sur une terrasse à la vue imprenable, elle assiste à une avalanche contrôlée qui l’est pas vraiment en fait… Une avalanche qui déferle droit sur eux! Voyant la mort blanche les ensevelir, Tomas prend courageusement ses chaussures de ski à son cou et s’enfuie comme une merde en prenant soin de ne pas oublier son cher smartphone. Et comme tout le monde a survécu, le reste du séjour va se transformer en fête de la joie et de la névrose scandinave où les non-dits et les silences assourdissant ont la parole.
Il y a deux films en un dans SNOW THERAPY. Une chronique acerbe et crue d’une cellule familiale en pleine déliquescence et une description, à la fois minimaliste et spectaculaire, d’une station de ski. Machinerie humaine fascinante implantée au cœur d’une nature sauvage à la pureté virginale masquant une puissance incontrôlable. Et l’homme n’y est qu’un misérable insecte noyé dans ses névroses, écrasé par cette immensité létale et fascinante.
Un couple se délite. Entre non-dits féroces, enfants capricieux et sentiments frigorifiés (vivent les scandinaves, ces grands glaçons névrosés). Ruben Östlund contemple, avec une froideur (c’est de circonstance) qui frise la misanthropie, ce ballet de haine contenue et de frustrations. Mais on est loin du taré LA GUERRE DES ROSES. SNOW THERAPY se balance langoureusement dans les télésièges frigorifiés de l’ennui poli. Cette intrigue fantastique méritait un peu plus de folie et un final moins démonstratif (malgré une certaine ambiguïté où les rôles semblent s’inverser). Mais on a jamais vu la montagne filmée comme ça. Comme un ogre naturel et mécanique à la fois. Un monde blanc sépulcral et virginal où règne un silence assourdissant rompu par les canons à avalanches et les machineries surréalistes des remontées mécaniques. On est aux portes du fantastique. D’où explosent les rancœurs sentimentales. Pas mal quoi…

En salles depuis le 28 janvier
2014. Suède/Norvège/France. Réalisé par Ruben Östlund. Avec Johannes Kuhnke, Lisa Loven Kongsli, Clara Wettergren…

 

 


Snow Therapy (2014) – VOSTFR par FilmsAnnonces

 

Partager