• Home »
  • CINÉMA »
  • MUSIC MINI REVIEW : OST The Gunman de Marco Beltrami (Silva Screen Records)
MUSIC MINI REVIEW : OST The Gunman de Marco Beltrami (Silva Screen Records)

MUSIC MINI REVIEW : OST The Gunman de Marco Beltrami (Silva Screen Records)

Note de l'auteur

thegunmanIl y a des compositeurs qui ne connaissent pas la crise, la recherche de projets où poser leurs musiques ou tout simplement le chômage. Ce bon Marco Beltrami en fait parti depuis son arrivée dans la place avec le succès de Scream en 1996. Il enchaine dès lors les compositions pour le cinéma et la TV à un rythme effréné.

Cet homme là est un boulimique de travail, c’est moi qui vous l’dit !

Un élément notable à remarquer est que le monsieur est doté d’une très grande ouverture d’esprit comme nous le prouve sa filmographie. Il peut travailler pour de gros blockbusters hollywoodiens comme World War Z ou Wolverine : Le Combat de l’immortel comme sur des coproductions mêlant différents pays, et souvent la France.

Cela a été le cas avec le diptyque Mesrine de Jean-François Richet et Dans la brume électrique de Bertrand Tavernier pour lequel il nous a offert une excellente bande originale.

C’est encore le cas ici avec The Gunman, un film américano-franco-espagnol réalisé par le français Pierre Morel dont la sortie est prévue cet été dans notre beau pays.

Arrêtons-là le suspens, oui, Marco Beltrami nous livre une partition pas dégueulasse du tout.   

Il emploie dans The Gunman une orchestration moderne dans le choix des instruments, avec les bonnes grosses percus si prisées ces dernières années, ainsi que les violons, cuivres et autre joujoux électroniques assez indispensables pour ce genre de soundtrack.

Marco Beltrami

Marco Beltrami

Tout ce beau monde est employé avec goût sans overdose et grandiloquence pompeuse. Et ça, c’est vraiment bien joué.

On ne peut que saluer un travail bien fait et un profond respect pour le métrage qu’il sert. On est très loin du foutage de gueule de certains de ses collègues beaucoup moins scrupuleux. Enfin… si vous voyez ce que je veux dire…

Un titre comme Reunited est tout simplement une très belle composition avec un travail sur la mélodie et la respiration. Il y a un vrai artiste aux commandes. Pas de doutes possibles.

Ce n’est pas pour rien que des réalisateurs comme Guillermo Del Toro, Wes Craven et Alex Proyas font très souvent appel à ses services.

On reste dans des compositions atmosphériques avec Following Annie et Love Gunman qui exposent le thème principal avec le piano mis à l’honneur. Nous entendons même sur ce dernier le clic du métronome qui bat la mesure. Marrant car pour le coup c’est totalement assumé dans le mixage final de l’instrumental.

Tripwire et Fairgrounds nous montrent quant à eux le talent du compositeur dans l’évolution de la tension au sein d’un morceau. C’est une histoire qui est contée en musique, ça c’est clair.

On ressent l’expérience du bonhomme. Une grande maitrise de la narration musicale.

Cela est aussi flagrant quand Beltrami sort l’artillerie lourde pour des moments épiques.

Fish in a Barrel et Who Let the Bulls Out? sont là pour le prouver. Leurs orchestrations puissantes sont toujours au service de la musique qui n’est jamais pompeuse. Cela serait pourtant si facile de tomber dans ce travers évident. Mais non, Marco il n’est pas comme ça lui. Et tant-mieux.

J’ai toujours apprécié les personnes franches avec moi. Je vais donc l’être avec vous.

Ce n’est pas la meilleure OST de Marco Beltrami, ça c’est clair. Le fait est qu’on a affaire ici à du travail plus que bien fait, une soundtrack qui ne se moque pas de nous car la personne derrière tout cela a trop de respect pour la musique. Rien que pour ça moi je dis bravo Marco.   

Partager