On a lu…Daredevil – Tome 1 de Mark Waid et Chris Samnee

On a lu…Daredevil – Tome 1 de Mark Waid et Chris Samnee

Note de l'auteur
Tome 1

Tome 1

Et revoici…Daredevil ! Après une fin époustouflante, la série consacrée au super-héros aveugle repart au numéro 1. Le scénariste Mark Waid et le dessinateur Chris Samnee cèdent ainsi leurs places au scénariste Mark Waid et au dessinateur Chris Samnee. Un grand changement donc ! Mais on peut compter sur le brillant scénariste de KINGDOM COME, FLASH et FANTASTIC FOUR pour rendre intéressant et pertinent une manœuvre commerciale.

 

Confiée à un scénariste reconnu et un dessinateur de talent, la série DAREDEVIL redémarra en 2011 avec une dynamique différente des aventures précédentes. En 36 épisodes Mark Waid sut redonner de la magie au personnage et son univers avec un savant mélange de comédie et d’aventures épiques sans jamais tombé dans la gaudriole. Matt Murdock retrouvait le sourire, certes, mais le danger était toujours là et certaines pistes lancées par Brian Bendis étaient toujours bel et bien présentes. Ainsi considéré comme gag récurrent et symptomatique du nouvel état d’esprit de la série, l’identité secrète de Daredevil redevenait un enjeu primordial au fur et mesure de l’histoire.

 

Daredevil #36 - Un nouveau départ

Daredevil #36 – Un nouveau départ

Les aventures rocambolesques de Daredevil côtoyaient des dangers plus graves qui le concernaient (la lutte contre les différentes organisations du crime, le retour du Tireur) et Matt Murdock avait beau cumulé les flirts, il devait surtout faire face au cancer de son associé et meilleur ami Foggy Nelson. Clairement, la série est une des plus emblématiques du style de Mark Waid. Amoureux du Silver Age devant l’Éternel, il porte un regard critique sur la période moderne tout en réfléchissant à la meilleure façon de rendre le merveilleux le plus crédible et passionnant possible à notre époque. Daredevil #36 reste à ce niveau un sommet de son œuvre. En assumant son identité super-héroïque au cours d’un procès très médiatisé, Matt Murdock fait la paix avec lui-même et avec toute une époque. Il est temps maintenant pour lui de commencer une nouvelle vie.

 

 

 

 

Matt Murdock, alias Daredevil, vit à présent sous le soleil de San Francisco. Il protège cette ville en tant que héros costumé et avocat. Mais ce nouveau départ voit aussi le retour de célèbres ennemis tel que le Hibou.

 

Daredevil #1

Daredevil #1

Bien qu’elle reste dans la continuité de la précédente, cette nouvelle série DAREDEVIL est également un nouveau départ pour le personnage et représente une porte d’entrée efficace pour un nouveau lecteur. Mark Waid trace d’emblée le nouvel environnement du héros et les nouveaux problèmes auxquels il doit faire face tel que l’adaptation à une ville construite sur la longueur et non plus sur la hauteur. San Francisco n’est pas New-York et les gratte-ciels n’y poussent pas comme des champignons. Cette ville n’est pas inconnue pour Daredevil, puisque les scénaristes l’avait déjà exilé la bas en compagnie de la Veuve Noire dans les années 70. Il y revient cette fois-ci en compagnie de Kirsten McDuffie, sa nouvelle associée en affaire et en amour. D’emblée la série garde une tonalité fraîche et décontractée à l’image d’un personnage qui a fait la paix avec lui-même. Sa première apparition dans cette nouvelle série nous le montre tel un super Gil Grissom dont les compétences extraordinaires lui permettent de résoudre une enquête et cela avant d’enfiler la tenue rouge du diable.

 

Chris Samnee

Chris Samnee

Matt Murdock a changé. La présence du Suaire fait à ce titre office de comparaison, ce dernier étant une version de Daredevil qui n’aurait pas pu surmonter les épreuves dramatiques auxquelles il a dû faire face. Dans le même temps, le scénariste met en place des intrigues sur le long terme telles que celle qui débute avec Le Hibou. Enfin reste l’inconnu Foggy Nelson. Qu’est-il réellement arrivé au meilleur ami de Daredevil ? Mystère savamment distillé durant les premiers épisodes, il sera là, très belle conclusion du tome. Un touchant épisode mettant encore une fois en valeur l’un des principaux angles du scénariste depuis son arrivée sur la série à savoir l’approfondissement du personnage de Foggy.

 

Composé des cinq premiers épisodes de la série et d’un épisode 0.1 qu’on aurait apprécié lire en fin de volume et non en ouverture (il amoindrit l’efficacité du premier épisode), ce premier tome de DAREDEVIL est également le signe que Panini a pris en compte les nombreuses remarques faites quant à la composition de leurs ouvrages. En proposant une introduction claire et en marquant bien la césure entre chaque épisode par la présence des couvertures originales, l’éditeur offre une œuvre bien plus léchée que de coutume et c’est une excellente chose. On regrettera au final l’absence, pour le moment, de la série précédente en librairie. Bien qu’on puisse lire cette nouvelle histoire sans connaître la précédente on manque tout de même quelque chose de grand. Les lecteurs de kiosques ont à ce niveau et comme souvent un avantage certain. Toutefois on sait que Panini est sur le coup. Gageons que l’intégrale du run de Mark Waid sera bientôt disponible dans les rayons. Ce ne sera que justice pour l’une des plus grandes périodes du personnage et l’une des meilleures séries Marvel actuellement.

 

 

 

 

Daredevil – Tome 1 (100% Marvel, Panini Comics, Marvel Comics) comprend les épisodes US de Daredevil (2014) #1 à #5 et #0.1

Ecrit par Mark Waid

Dessiné par Chris Samnee (#1 à #5) et Peter Krause (#0.1)

Prix : 16,95 €

Partager