Pilote Automatique : Battle Creek (CBS)

Pilote Automatique : Battle Creek (CBS)

Note de l'auteur
© Monty Brinton/CBS

© Monty Brinton/CBS

L’histoire : Battle Creek, Michigan. Le détective Russ Agnew doit composer avec un commissariat vétuste, sous équipé où il promène son humeur massacrante et ses pratiques discutables. La solution miracle s’appelle Milton Chamberlain, agent du FBI fraîchement muté et probable cauchemar de Agnew.

Autour de la série : Une dream team aux commandes, Vince Gilligan qu’on ne présente plus, David Shore, que l’on ne devrait plus présenter non plus (House, pour les étourdis), le duo peut faire rêver. Et pour réaliser ce premier épisode, on retrouve Bryan Singer (il s’occupa du pilote de House).

L’avis : Ce pilote de BATTLE CREEK est un oignon. Il est fait de plusieurs couches, que l’on découvre au fur et à mesure et qui en fait toute sa richesse malgré l’agression dont on est parfois victime. Il faut en effet composer avec un rythme épileptique, lunatique dans sa façon de souffler la comédie et le sérieux.

L’objet a tout du sujet d’étude. Et ce ne sera pas une surprise quand on voit le pedigree des auteurs. Plus Shore que Gilligan quand l’épisode place autant de conviction à poser son concept que s’orienter vers le discours méta. BATTLE CREEK devient relecture du genre policier, son passé, son présent et brouille les pistes par des réflexions soulevées devant la confrontation des deux temporalités. Agnew en flic passéiste, Chamberlain en agent moderne, c’est Mannix rencontre CSI. La relation entre les deux exploite aussi bien les codes classiques du buddy cop show (comme The Good Guys avait pu le faire dernièrement) qu’une théorie du genre. Quand, chaque année, de nouvelles séries policières arrivent, cherchant le concept en or, Battle Creek fait un pas de côté, observe et dresse un état des lieux.

© Monty Brinton/CBS

© Monty Brinton/CBS

David Shore, avec House, versait déjà dans le formula cop show avec sa proposition d’un Holmes à l’hôpital. Avec BATTLE CREEK, on devine un schéma similaire, tendance programmatique dans l’utilisation de sa paire de personnages principaux. Plus de modèle défini mais des sujets génériques. L’auteur s’ouvre ainsi un espace à la fois plus vaste et en chausse-trape. La plus grande limite de l’épisode et presque tout l’enjeu de la série repose sur la faculté de David Shore à combiner histoire/intrigue et théorie. Ici, l’objectif n’est atteint que par la découverte, si les enquêtes ne sont pas plus travaillées, on risque l’overdose de l’idée sur les actes.

Mais si Shore réussit son coup, il pourrait s’imposer en Satoshi Kon du policier.

Episode 2 ? Evidemment, la promesse est bien trop belle.

Battle Creek (CBS), Saison 1, Episode 1, « The Battle Creek Way »
Ecrit par Vince Gilligan & David Shore
Réalisé par Bryan Singer
Avec Josh Duhamel (Milton Chamberlain), Dean Winters (Russ Agnew), Grapevine (Detective Arron Funkhauser), Kal Penn (Detective Fontanelle)…

Partager