Premiers frags colorés sur… Splatoon

Premiers frags colorés sur… Splatoon

WiiU_Splatoon02

Samedi dernier, Nintendo a placé trois plages horaires afin de tester une démo multi de Splatoon, le dernier né de la firme japonaise qui arrivera à la fin du mois. Nommé Splatoon Global Speedfire, cette démo limitée veillait surtout à tester le jeu en condition réelle en réunissant un maximum de personnes à des heures données pour éprouver la solidité du réseau. Ce qu’on appelle communément un Stress Test. Toujours est-il que cette démo a permis à votre serviteur de tâter le mode multi sur deux sessions et voir ce que le jeu a dans le ventre avant la sortie du jeu final.

WiiU_Splatoon_01_mediaplayer_largeJe rappelle rapidement le principe : dans Splatoon, des équipes de 4 s’affrontent sur un terrain composé de blocs et de plates-formes. Le but du mode présent dans la démo est de recouvrir le plus possible le niveau de la couleur de son équipe. Les personnages ont la capacité de balancer de la peinture de leur couleur avec leurs armes, mais aussi de plonger dans le sol recouvert de leur propre couleur en se transformant en poulpe. Cela permet de se dissimuler au yeux de l’ennemi tout en rechargeant son arme. Évidemment, il faut que le sol soit de votre couleur, la couleur adverse affaiblissant et ralentissant votre personnage, faisant de lui une cible toute désignée. On trouve dans la démo quatre classes de personnage qui correspondent à un changement d’arme et d’équipement. On trouvera deux classes polyvalentes, les Liquidateurs, avec une mitraillette de peinture et des grenades. Le « bourrin » de la bande est le Rouleau : votre personnage bénéficie d’un rouleau pour étaler sa peinture rapidement sur le sol devant lui. Il est rapide et très efficace sur des grosses zones, mais ne peut attaquer qu’au corps à corps, malgré un coup de rouleau qui projette un petit jet de peinture. Enfin, le Concentrateur est la classe de soutien : c’est une sorte de sniper qui peut charger son tir et qui répand de la peinture suivant la trajectoire et la puissance du tir. Évidemment, c’est une classe qui reste souvent à distance, privilégiant les positions en hauteur pour soutenir son équipe. Chaque classe bénéficie aussi d’un super pouvoir activable lorsque le personnage a recouvert assez de surface : ça peut aller des grenades infinies pendant dix secondes au bouclier qui protège des tirs ennemis (et potentiellement activable sur les alliés dans les parages).

splatoon-60-fps-640x349Le jeu possède un système de classes finalement assez classique, mais plutôt efficace et rudement équilibré, pour peu que notre équipe ne se retrouve pas avec quatre personnages de la même classe. La réussite de la partie tiendra aussi au fait que vos coéquipiers n’aillent pas tous au même endroit que vous, gâchant ainsi un précieux allié qui aurait pu se positionner ailleurs et recouvrir plus de terrain. Le but est de bien se répartir les positions, sachant que les adversaires n’hésiteront pas à spammer la zone de respawn pendant que des coéquipiers finiront le boulot derrière (surtout sur la map de l’Encrepôt – non l’orthographe est la bonne). Fort heureusement, des petites subtilités de gameplay sont les bienvenues. Notamment le super-saut, qui permet en une touche sur le pavé tactile de rejoindre le compagnon désiré dès le début de la partie (ou même pendant), histoire d’arriver sur la ligne de front rapidement. Attention tout de même, un anneau signale l’arrivée d’un joueur via cette technique, et rien n’empêche l’adversaire un peu malin de tendre une embuscade si jamais il aperçoit ce signal. Tout le dosage du jeu réside à alterner les tirs et les planques dans la peinture, en faisant attention à ce que les ennemis ne recouvrent pas tout la zone. Certains murs peuvent aussi être recouverts de peinture, ce qui permet aux poulpes de grimper dessus pour atteindre une position en hauteur, idéal pour les snipers. Dans l’état, le jeu fonctionne très bien, les classes étant relativement équilibrées, même si j’ai du mal à comprendre la différence fondamentale entre les deux classes Liquidateurs (normal et Jr) mis à part une arme différente avec une cadence légèrement plus faible pour l’une. Mais les parties sont endiablées, l’effet de peinture est plutôt bien fichu visuellement, et tout le jeu est très clair et limpide. On prend le jeu très vite en main.

Maintenant, la démo n’offrait qu’un très bref aperçu du jeu: un seul mode disponible, uniquement du multi en ligne, sur deux petites maps. La démo n’est pour l’instant qu’une mise en bouche sur le cœur du gameplay, mais on voit que Nintendo a bossé sa nouvelle licence pour offrir un nouveau grand jeu de sa ludothèque WIIU. Ils ont même pensé à mettre un mini-jeu sur le GamePad pendant l’attente de matchmaking (une sorte de Doodle Jump avec un poulpe). Les personnages ont un design particulier mais fonctionnent très bien, et l’utilisation des couleurs fait qu’on ne s’y perd jamais pendant la partie. Même la fonction gyroscopique pour la visée marche étonnamment bien : on peut faire un reset du point de vue à tout moment et venir préciser les mouvements horizontaux de la caméra avec le joystick si besoin. Évidemment, on pense à la série des De Blob pour le côté « on recouvre le niveau de peinture », mais Nintendo a l’air de miser sur un jeu très compétitif. C’est un peu difficile de juger sur un aussi court aperçu du jeu, mais on espère que les multiples modes et le solo viendront varier les plaisirs. On sait que le solo sera plus conséquent que prévu, que les amiibos permettront de débloquer pas mal de petites missions et que l’on pourra customiser comme il se doit son avatar pour se la péter sur le Miiverse. Mais je dois dire que cette petite démo m’a convaincu que Splatoon a tout le potentiel pour être la petite surprise multi de chez Nintendo.

Splatoon
Développé par Nintendo
Sortie le 29 mai 2015
Prix: 50 euros

 

 


Wii U – Splatoon Trailer par hitekfr

Partager