Premiers (vrais) frags sur… Battlefield Hardline

Premiers (vrais) frags sur… Battlefield Hardline

2555466-battlefield+hardline+3+wm

Après une première bêta sortie il y a près de huit mois (juste après l’E3 2014) et la douche froide prise par Electronic Arts (et c’est rien de le dire!), BATTLEFIELD HARDLINE s’offre à nous dans une nouvelle bêta publique, à maintenant un mois de sa sortie, histoire de préparer le terrain et de régler les derniers détails. Suite au retard du jeu, initialement prévu pour octobre 2014, en raison des mauvais retours de la première version, on était en droit d’attendre beaucoup de changements pour cette nouvelle mouture. Il faut dire que la première bêta n’était pas vraiment convaincante : accessible sur une seule map (Centre Ville), le jeu proposait aux joueurs d’incarner soit des criminels, soit des membres des forces de l’ordre. Les criminels faisaient sauter un fourgon blindé, et devaient récupérer le magot et s’enfuir à des endroits prédéfinis, tandis que les flics devaient les en empêcher. Un style plus proche de Heat que des anciens Battlefield, que l’on devait cette fois-ci à Visceral Games (Dead Space, Dante’s Inferno), aidé de Dice évidemment. Mais la sauce ne prit pas : gros problèmes d’équilibrage, parties trop courtes, accessoires qui ne servaient à rien (grappin totalement inutile), des explosifs qui ruinaient l’intérêt du jeu… Cette première bêta avait surtout l’apparence d’un gros mod de Battlefield en reprenant tout ce qui fait le sel de la série, mais sans prendre vraiment en compte le fait que HARDLINE n’était plus un jeu militaire…

Battlefield-Hardline-Beta-heads-to-all-platforms-this-Fall-60FPS-Multiplayer-trailerAu programme de cette nouvelle bêta, on trouve cette fois trois modes de jeu répartis sur trois cartes différentes. On a d’abord le mode Braquage, celui qu’on a déjà eu lors de la première bêta, mais ici jouable sur la carte de la Banque. On pourrait comparer ce mode de jeu à un Capture the Flag en sens unique : les criminels doivent accéder au coffre de la banque, récupérer deux sacs d’argent et les emmener aux points d’extraction afin de les accrocher à des hélicos et remporter la partie. Les flics doivent empêcher le vol des sacs d’argent jusqu’à la fin de la partie. Beaucoup d’améliorations dynamisent le jeu. D’abord, ce mode de jeu est accessible exclusivement à l’infanterie : pas de véhicules utilisables, seulement des carcasses ici et là. Le level design est lui aussi bien mieux fichu : le bâtiment de la banque est au centre de la map, et l’équipe des flics possèdent des points de respawn autour de la carte alors que les criminels apparaissent principalement au centre ou tout près. Cela va permettre à l’équipe des voleurs de s’organiser pour prendre la fuite en jouant sur la coordination. Un mode de jeu très fun, surtout que le coffre en question peut être refermé de l’extérieur (histoire de piéger une équipe dedans), et que les voleurs peuvent créer deux ouvertures supplémentaires sur le mur de la pièce et au plafond afin d’avoir deux accès en plus (mais ça vaut pour les flics aussi).

Le mode Conquête est grosso modo le mode de base d’un Battlefield et se passe sur la map Désert de Poussière, une map plutôt ouverte dans une petite bourgade perdue dans le désert du Nouveau Mexique. On y trouve antenne relais, motel miteux et villa abritant un labo de drogue. Relativement moyenne en taille, mais suffisante quand on voit les véhicules utilisés (voitures de sports, camion blindés), la map permet du gameplay typique de Battlefield : on doit capturer le maximum de points de contrôle pour faire baisser les tickets adverses. Si les tickets de l’autre équipe tombe à 0, elle a perdu. Toujours aussi efficace et nerveux, ce mode permet de centraliser les affrontements sur des lignes de front et de privilégier les combats sur les grands espaces. C’est la logique d’un Battlefield : utiliser des points de contrôles pour rallier les joueurs et créer des batailles dantesques. On aura même droit à une petite tempête de sable bien rendue (je ne compte même plus le nombre de multis qui en possède) qui malheureusement intervient trop tard dans la partie pour réellement être intéressante.

BFHImpressions01Le troisième mode de jeu, accessible sur Désert de Poussière et sur la map Centre-Ville, est Poursuite Infernale. C’est sans doute le mode de jeu le plus original du jeu, le plus fun mais peut-être celui qui tournera le plus vite en rond. Le jeu s’apparente à un mode Conquête, sauf qu’au lieu de prendre des points de contrôles fixes, il vous faudra voler des voitures et conduire à une vitesse minimum pour engranger les points et faire tomber les tickets de l’adversaire. Subtilité : les compagnons dans le véhicule avec vous pourront sortir par la fenêtre afin de tirer plus facilement à 360° (chose qui n’est pas possible dans les autres modes de jeu). Évidemment, on trouve plusieurs types de véhicules plus ou moins fragiles, de la voiture de sport au camion citerne. Le but est donc de voler rapidement des caisses et d’exploser celles des adversaires, qui réapparaissent à leur point d’origine. Ça donne de très chouettes moments de poursuites, peut-être un peu courtes puisque les maps sont de tailles relativement moyennes, et pas toujours adaptées pour les poursuites rapides, notamment la map Centre-Ville, où on se retrouve très vite à sortir de la map si on ne fait pas attention. J’ai aussi l’impression que le fun des premières parties peut vite tomber à plat, le gameplay étant limité à trouver les autres voitures et à les poursuivre. Et vu que les maps ne sont pas en ligne droite, on tourne assez vite en rond et niveau coordination avec l’équipe, c’est très compliqué de gérer. A voir sur la durée.

Les changements les plus visibles sont surtout sur l’équilibrage des parties, d’une manière générale. Chaque camp possède des armes qui leurs sont propres, ainsi que leur propre équipement. Les classes ont été modifiées pour les rendre plus équilibrées. Les voleurs auront des cocktails Molotov, et les flics des grenades incendiaires. Les armes classique auront leurs avantages et inconvénients. Autre point important : les engins explosifs (lance-roquettes et consorts) ne seront plus accessibles dès le début dans l’équipement du joueur mais à ramasser directement sur la map. Fini les balades en véhicules raccourcies par une roquette perdue. Dorénavant, pour abattre un hélico, il faudra chercher un Stinger planqué dans une baraque ou s’arranger pour monter dans un véhicule équipée d’une mitrailleuse. Les armes ne se débloquent plus en montant dans les niveaux mais sont accessibles dès le début, moyennant l’argent récupéré suivant vos exploits dans le jeu. L’équipement plus spécifique se débloque par contre avec des récompenses ou en jouant suffisamment longtemps avec l’arme en question. Évidemment, on n’échappera pas aux packs de combat contre de la monnaie sonnante et trébuchante, mais que voulez-vous, il n’y a pas de petits profits. D’autres changements mineurs, comme de l’interaction supplémentaire avec le décor (portes, récupération de défibrillateur) ou la possibilité de piquer des munitions à ses potes, achèvent de satisfaire le nouveau joueur en quête de nouveautés et d’accessibilité, même si très clairement, en terme d’interface, on reste en terrain très connu pour les amateurs de la série.

Il faut dire que, même si la volonté est de proposer autre chose qu’un Battlefield en s’éloignant de l’aspect militaire, on ne peut pas s’empêcher de penser qu’EA préfère miser sur une licence connue pour la tourner à son avantage et créer une nouvelle franchise à moindre frais en utilisant le prétexte du spin-off. On pensera évidemment à Payday 2 sorti l’année dernière, qui jouait aussi sur les braquages mais misait plus sur la coopération, sans ce côté spectaculaire. L’avantage de HARDLINE est que les fans de Battlefield trouveront un épisode plus à part que les autres, avec suffisamment de changements pour avoir cet effet « nouveauté » mais sans trop changer les mécaniques originales qui faisaient le sel de la série. Les joutes sont toujours aussi intenses, grâce à un gameplay fun et dynamique toujours aussi efficace et un sound design toujours aussi exceptionnel. Les nouvelles armes comme le grappin ou la tyrolienne sont toujours aussi peu utilisées mais au moins, ils ne sont plus de base dans l’équipement du joueur, et sont relégués à une utilité très secondaire, même si sur certaines maps, ils peuvent très facilement changer la donne (créer des raccourcis pour accéder au point d’extraction plus facilement, par exemple). HARDLINE a encore le cul entre deux chaises : on garde tout ce qui fonctionne dans les Battlefield pour faire plaisir aux joueurs, mais on laisse quelques petites miettes de nouveautés pour appâter le chaland et voir comment ça va marcher. C’est aux joueurs de faire le reste.

Battlefield_Hardline_Save_the_CashPour conclure, on peut dire que cette deuxième preview est nettement plus accrocheuse que la première. Visceral a opéré beaucoup de changements en profondeur pour se détacher du Battlefield original, mais comme dit ci-dessus, sans vraiment sacrifier son héritage. Comme un certain Black Flag, utiliser une licence pour partir sur quelque chose de très différent doit passer par un changement clair et net du gameplay, pour ne pas tomber dans le vulgaire mod ou obtenir un hybride étrange qui ne fonctionne pas. Les modifications sont bien là, et les modes de jeu testés sont vraiment chouettes, osant même la nouveauté avec un mode Poursuite Infernale surprenant mais peut-être trop limité (à voir sur la version finale). Graphiquement, le jeu n’est pas super folichon (la bêta?) mais ne s’en tire pas trop mal, surtout sur des affrontements à 64. Les parties se lancent étonnamment très vite (testé sur PS4) ce qui est franchement plaisant et un vrai bon point à noter, surtout quand on se souvient des difficultés du netcode sur le quatrième épisode. L’ambiance flics/voleurs est bien présente, tout en ajoutant la tension spectaculaire des affrontements de Battlefield. Évidemment, beaucoup de choses qui avaient trait au militaire ont disparu (commandant, technologie de pointe comme les drones), mais cela permet de resserrer l’action et de se concentrer sur l’essentiel. Maintenant, avec seulement neuf maps à sa sortie et sept modes de jeu qui seront sûrement des variantes de ces trois modes, il ne reste plus qu’à espérer un mode solo digne de ce nom (peut-être, qui sait ?) pour se retrouver avec un vrai bon Battlefield. La bêta est prometteuse, mais c’est néanmoins avec quelques réserves qu’on analysera une fois la version finale une fois celle-ci entre nos mains.

Battlefield Hardline
Edité par Electronic Arts
Développé par Visceral Games et DICE
Sortie le 19 mars 2015

 

 


Battlefield Hardline – Trailer de la bêta par Gameblog

Partager