Top des fins d’animés les plus ratées

Top des fins d’animés les plus ratées

Un bon anime, c’est toujours une belle expérience, mais que se passe-t-il quand l’anime en question se vautre lamentablement sur la fin? Aujourd’hui, au Daily Mars, votre serviteur tente de vous exprimer son sentiment face à certains animés dont la conclusion fut ratée, scandaleuse, frustrante ou tout simplement nanardesque. Cette démarche est bien entendue purement subjective tout comme cette liste, elle aussi, totalement exhaustive. Précision importante : ces séries ont été vues avant d’en découvrir le manga mais cela n’excuse en rien ces ratages conclusifs que je vous dévoile dès maintenant dans ce top.

 

10 – Fly – Dragon Quesfly-o-pequeno-guerreirot (1991)

On commence avec une bonne vieille madeleine de Proust, qui à l’époque m’avait fait forte impression, avec son récit de fantasy, peuplé de magiciens, de combattants et créatures de toutes sortes, et surtout, de son héros, Fly. Ce dernier et ses amis affrontant les six armées du roi du mal, il rencontre alors son papounet, chef de l’une des dites armées. S’ensuit donc un combat homérique entre père et fils, qui, s’il se terminera dans son ultime épisode… concluant par la même occasion totalement l’histoire ainsi que tous ses enjeux prometteurs à venir (Les autres armées,  prochain face à face avec le père, qui est le roi du mal…)!  Il faut bien se dire qu’à l’époque, (celle où on avait pas Internet donc !)  on croyait encore fermement à la venue d’une hypothétique suite sur le Club Dorothée, mais  non en fait! Quedal, nada, rien, zéro. A la place, je me suis retapé les rediffusions sur-censurées de DBZ et Saint Seiya. VDM tiens…

 

9 – Claymoreclay (2007)

Cet agréable Berserk-like au féminin a eu au moins le mérite de clôturer son arc narratif, à défaut de clôturer totalement son histoire, laissant moult questions et attentes en suspens. Où vont partir les guerrières? Quel sera le destin de Claire et de son protégé ? Arriveront-elle à détruire les membres de l’organisation ?  Le voyage continue pour les personnages et nous, eh bien, on attend sagement sur le bord de la route comme des c… Voilà, voilà!

 

 

 

 

 

475141-hellsing_78 – Hellsing (2001)

De la baston, des vampires, du sang, de la baston, des vampires, du sang, de la baston, des vampires, du sang… Hmm? Ah oui, le scénar’! Ben on s’en fiche un peu du scenar’. Hellsing, de son temps, était un anime viscérale, une petite découverte formelle absolument délicieuse…si elle n’avait pas été entachée par son absence enfin de compte, bien réelle d’enjeux à tous points de vue, petites tares que l’on aurait pu pardonner dans ses premiers épisodes… Mais on comprend vite que si l’anime n’a rien ou presque à raconter, alors pensez bien que sa fin, elle, est d’un niveau dont on ne s’attardera pas plus longtemps ici, en se demandant encore quels étaient les motivations et mêmes les objectifs de son bad guy ou plus simplement, à quoi il servait.

 

 

 

 

one-outs-episode-2-english-subbed7 – One Outs (2008)

J’ai failli l’oublier celui-là! Une excellente série de baseball totalement anti-shonen, avec pour protagoniste un lanceur, non pas émérite mais fin psychologue, stratège comme pas deux et surtout, grandement motivé par l’argent! Le show est là, les paris et les risques autour de lui montent en puissance, le personnage assure à tous niveaux et dans les pires moments, c’est simple, plus aucune erreur n’est permise! C’est dire si la tension est à son comble, avec un championnat de longue haleine à remporter tout de même! Oui, et bien, le gentil télé-spectateur va vite se détendre car le récit se conclura sur une « superbe » fin ouverte avec un lancer du personnage principal en plein début de match! Pouf, comme ça, rien de plus! Allez, remballez, y a rien à voir! Un vrai scandale!!!

 

deadman6 – Deadman Wonderland (2011)

Archétypement, une oeuvre au potentiel énorme, immédiatement phagocytée avec douze pauvres épisodes (déjà neuf manga au compteur pourtant à la même époque) et expédiant ad patres son récit à l’abattoir avec la révélation finale sur l’identité de l’homme en rouge, et en prime laissant Ganta en prison! Quelle était leur relation à tous les deux et à quoi servait véritablement le parc d’attraction Deadman Wonderland ? Nom de zeus! Mais on s’en fout comme de l’an 40 Marty! Heureusement que le manga tiendra la route et qu’il se conclura de fort belle manière parce qu’il y a des tartes qui se perdent…

 

berserk5 – Berserk (1997)

Cri de rage et colère incontrôlable, telle était l’état de Guts dans un ultime hurlement, coincé dans une situation terrifiante et abominable du dernier épisode de cet anime. Pas loin fut mon état de nerf personnel aussi, quand retentirent alors les fameuses paroles du générique de fin « Tell me why »,  me faisant dès lors comprendre que je n’aurais plus que mes yeux pour pleurer.  Bien des années plus tard, le manga réhabilitera cela mais bon dieu que ce fut long…

 

catseye-014 – Signé Cat’s Eye (1983)

Trois sœurs cambrioleuses, un flic amoureux de l’une d’entre elle et par la même occasion, de son alter-ego, voilà un savant mélange ordonnant course poursuite, quiproquo et mensonges à tout crin, avec chaque moment la crainte que l’identité des frangines ne soit découverte. Les scénaristes, manchot comme pas deux, vont alors imaginer un splendide pied-de-nez au télé-spectateur grâce une fumisterie de haute volée,  en organisant une pièce de théâtre avec tous les protagonistes de la série…dans leur propre rôle! Résultat, Tam peut enfin tout avouer à Quentin, et elle de découvrir sa réaction lorsqu’elle révèle son identité (Youhou, notre fantasme est assouvi!).  Mais comme « tout est pour de faux », les enjeux sont aussi vite désamorcés qu’ils ont commencé! On s’est bien fait dépouiller nous aussi sur ce coup là! On nous aurait fait le coup du rêve que ça aurait été pareil tiens…

 

enfer3 – Enfer et paradis (2004)

Même si ce n’est pas un monstre en puissance de scénario, l’oeuvre majeure de ce fou furieux pervers d’Oh Great méritait plus que de s’arrêter d’une manière aussi soudaine et vacharde. Une vingtaine d’épisodes de flash-back passé, le reste de l’animé ne sera que remplissage péremptoire pour conclure son unique et seule saison avec trois phrases moralisatrices et une promesse de mariage entre Aya et Seichiro (Wahou super, c’est ce que je voulais voir, trop bien!). Absence totale de réponses et pas de baston revancharde promise en vue : Le zéro pointé pour ce machin faussement décomplexé, qui est définitivement une belle arnaque et à qui on ne demandait pas grand chose, ne serait ce que le service minimum (Bordel!).

 

gantz2 – Gantz (2004)

Ah Gantz! Que j’aurais voulu croire que cet anime aurait pu tenir bon la barre! L’espoir tient à peu de chose finalement et confine souvent à la naïveté! La naïveté de me dire que cette conclusion complètement moisie n’a pas bien du coûter cher au studio. On prend la première scène et on la recale à la fin, avec un délire mystico-nanardesque sur tous les personnages présents, on recale ce foutu métro fonçant à toute allure,  qui croit qui pourra le dézinguer en faisant semblant de lui tirer dessus. N’importe quoi…Allez plutôt voir du côté des deux films, qui eux ont réussi à trouver une solution intéressante pour biaiser le manga toujours en cours à l’époque, avec une belle idée de finish fort sympathique.

 

school1 – School Days (2009)

Cas spécial pour cet animé, insupportable au demeurant, tiré d’un jeu de drague PC et dont les multiples fins permettaient au joueur de découvrir les nombreuses décisions de choix qui lui sont mises à sa disposition. Il est donc de bon ton de se demander pourquoi, mais pourquoi avoir pris une telle direction pour une fin aussi…hardore? Foncièrement dégueulasse seraient les mots les plus justes, tant le récit qui confinait jusqu’à alors dans le gnan-gnan vomitif, ne nous avait pas préparé à un tel finish punitif supplémentaire, violent, gore et extrêmement dérangeant! Faut vraiment avoir le cerveau malade pour inventer des trucs pareils. Il y a bien une fin, on ne peut le nier mais cela devait-il être cette fin parmi toutes celles possible que le jeu proposait ?! Un cas d’école dans le franchement pourrave bien établi, en plus de vous filer la nausée et la gerbe réunie. School Days mérite donc amplement la place number one de ce classement!

 

Et vous, quel aurait été votre top ?

 

Partager